Sortir

A Seurre, 78 chiens de toute la Bourgogne s’affrontent sur des parcours d’obstacles

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne dimanche 22 février 2015 à 21:47

Ce dimanche, c’était le premier concours d’agility de la saison en Bourgogne. Guidés par leurs maîtres, 78 chiens de toute la région se sont affrontés sur des parcours d’obstacles, dans la halle des sports de Seurre.

Ce dimanche, c’était un véritable concert d’aboiements dans la halle des sports de Seurre. 78 chiens disputaient le premier concours régional d’agility de la saison. Il y en avait de toutes les races : des chiens de berger, des chiens de chasse, mais aussi un caniche, et même un rottweiler ! Divisés en trois catégories – A, B et C – selon leur taille, ils se sont affrontés sur quatre parcours différents, établis par le jury juste avant chaque épreuve. Sur chaque parcours, les chiens doivent passer une vingtaine d’obstacles, numérotés selon l’ordre défini par les juges. Il y a des haies, une bascule, un tuyau dans lequel l’animal doit passer… Et il faut faire attention, car à la moindre erreur, la course ne compte pas. « Les premières fois, on se trompe sur les parcours, parce qu’on ne les a pas dans la tête, raconte Mylène, qui court avec Enjoy Blue, son beauceron de cinq ans. Plus ça vient, plus on arrive à mémoriser, et plus on peut se concentrer sur sa conduite. » Pour guider son chien, le maître le suit tout au long du parcours. Et quand il court très vite, comme Gipsy, le border collie de Brigitte, ce n’est pas de tout repos. « J’ai commencé très tard, et au niveau physique c’était un petit peu dur, avoue-t-elle. C’est sportif ! » Guy s’entraîne deux fois par semaine avec Fantôme, son caniche nain. « C’est un petit farceur, parce qu’il est toujours en train de se sauver quand il fait des concours, alors qu’à l’entraînement il court très bien ! » Le parcours dure à peine une minute, mais il suffit d’un rien pour que le chien se déconcentre… Un bruit, une odeur, et hop, il passe l’obstacle à l’envers, quitte le parcours, ou part renifler les chaussures du commentateur. Pour convaincre son chien de le suivre, chaque maître a sa petite astuce. « Je n’ai pas le droit de le dire parce que c’est interdit, mais j’ai une ou deux croquettes dans la poche », confie Fabrice, qui court avec son braque de Weimar. Pour Mylène, « c’est la gestuelle, et la motivation. On le motive avec ses jouets, avec des croquettes… Tout se fait dans la joie. Plus le chien est heureux, plus il va suivre ! »