Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Spectacles DOSSIER : 75e anniversaire du Débarquement

"Ils ne savaient pas que c'était impossible" : la Batterie de Merville revit le 6 juin 1944

Jusqu'au 9 juin, la mairie de Merville-Franceville présente un son et lumière sur le site de la Batterie. "Ils ne savaient pas que c'était impossible" reconstitue l'histoire du site entre 1943 et le Jour-J. Un succès pour la première, jeudi soir, sous les yeux d'un vétéran britannique.

Le son et lumière relate l'assaut des Britanniques sur le site alors tenu par l'occupant nazi.
Le son et lumière relate l'assaut des Britanniques sur le site alors tenu par l'occupant nazi. © Radio France - Emeline Vin

Merville-Franceville-Plage, France

A la nuit tombée, la Batterie franco-britannique de Merville-Franceville s'anime de chants allemands. Des soldats nazis patrouillent sur les buttes. L'histoire, racontée par une bande-son, commence en mai 1943, pendant la construction du site. Sur cette scène chargée d'histoire, 150 Mervillois ou reconstituteurs ont revêtu les uniformes allemand, britannique ou la tenue des villageois. 

"C'est beaucoup d'émotion, confie Sébastien, qui campe le rôle de l'officier Terence Otway. On ne doit pas oublier ce qui s'est passé ici il y a 75 ans, les oublier, ce serait les enterrer une deuxième fois..." Le collectionneur d'objets historiques a ressenti beaucoup de nervosité avant le coup d'envoi :  "ce que je trouvais vraiment très fort, c'est de pouvoir rendre hommage à nos libérateurs. On n'a pas le droit à l'erreur ce soir.

Il faut dire qu'il y a, parmi les 2.000 personnes dans le public, un spectateur particulier : Philip Ward, Britannique, vétéran de la Seconde Guerre mondiale. "Je n'étais pas à Merville le 6 juin 1944, j'y suis arrivé un mois après. Mais c'est une très belle reconstitution, très émouvante, très réaliste." Le vieil homme, coiffé d'un béret mauve, regrette seulement de ne pas avoir tout compris aux nombreux dialogues. "C'est un spectacle pour Français !", sourit-il. 

Standing ovation

En un peu moins d'une heure et demie, les 150 figurants retracent le crash d'un avion britannique à proximité de la Batterie, la visite de Rommel, l'entraînement des tommies et l'assaut final, prenant de réalisme. C'est le maire de Merville-Franceville, Olivier Paz, qui a écrit le texte : "J'ai transcrit ce qui s'est passé ici, de manière authentique, que ce soit dans les actions ou dans les textes,  que j'ai retrouvés dans des livres ou à travers des témoignages.

Le spectacle s'achève au son des cornemuses, à la lumière des bougies, sous une standing ovation. Joël a les larmes aux yeux : "ça me fait penser à mes parents, qui m'ont raconté ce qu'était le Débarquement... Quand je vois ça, on s'y croirait. Ce qu'ont fait les Britanniques, c'est vraiment bien.