Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manger l'écrevisse invasive pour ne plus la subir

lundi 5 août 2013 à 10:23 Par Alexandre Blanc, France Bleu Berry

L'écrevisse de Louisiane fait des ravages dans les cours d'eau de la Brenne. L'entreprise camarguaise Lou Chambri déménage son atelier à Saint-Pierre-les-Etieux dans le Cher pour se rapprocher du crustacé d'eau douce. La société prépare 15 tonnes d'écrevisses chaque année qu'elle revend aux grands restaurants.

écrevisses
écrevisses

En remplissant nos assiettes d'écrevisses de Louisiane, Lou Chambri rend service à l'environnement. L'espèce invasive, très présene dans les cours d'eau de la Brenne, détruit les berges et nuit aux autres espèces locales.

C'est d'ailleurs pour se rapprocher de ce vivier que le patron, Nicolas Gauthier, a déménagé l'atelier de transformation. Implanté depuis 7 ans en Camargue, il a élu domicile en mai à Saint-Pierre-les-Etieux, près de Charenton-du-Cher, dans le Saint-Amandois. Ca va faire du bien à l'écosystème berrichon car l'écrevisse de Lousianne est une véritable plaie pour les cours d'eau, leurs berges et les autres espèces qui les peuplent.

Lou Chambri Ecrevisses enrobé

Lou Chambri transforme 15 tonnes d'écrevisses par an pour les revendre à de grands restaurants et à des épiceries fines.