Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manif pour tous : entre 150.000 et un million de participants

- Mis à jour le -
Par France Bleu

Les opposants au "mariage pour tous" étaient 150.000 selon la police - un million selon les organisateurs - dimanche à Paris pour manifester. C'est moins que le 24 mars mais davantage que le 21 avril. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a annoncé que 293 personnes ont été interpellées, dont 231 devraient se voir notifier une garde à vue.

image par défaut

La Manif pour tous a encore mobilisé dimanche pour un dernier baroud d'honneur : 150.000 personnes, selon la préfecture, un million si l'on s'en tient aux organisateurs, s'étaient déplacées pour exprimer leur opposition à la loi autorisant les homosexuels à se marier. La présidente du collectif "La Manif pour tous", Ludovine de la Rochère, a déclaré après la manifestation de ce dimanche que l'organisation allait "poursuivre le combat" contre le mariage homosexuel.

La préfecture de police a annoncé lundi matin que 293 personnes avaient été interpellées. 231 d'entre elles devraient se voir notifier une garde à vue. La majorité des gardes à vue concerne interpellations aux Invalides où des heurts se sont produits pendant plus de deux heures. Six personnes ont été légèrement blessées : quatre policiers, un photographe et un manifestant.

Par ailleurs, une vingtaine de membres d'un mouvement d'extrême-droite ont investi dans l'après-midi le toit du siège du Parti socialiste, situé rue Solférino à Paris, pendant une demi-heure.

Après l'appel à la dispersion, la plupart des manifestant sont partis, mais quelques centaines de fauteurs de troubles ont défié les forces de l'ordre une partie de la soirée à coups de jets de bouteilles, de pavés, de barres de fer et de fumigènes, aux cris de "dictature socialiste", "journalistes collabos", "la France aux Français".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess