Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Mariages chinois : le directeur de cabinet du maire de Tours mis en examen

Par

Le sénateur-maire de Tours ne peut pas être inquiété dans l'affaire des mariages chinois. Le bureau du Sénat a refusé ce mercredi la levée de son immunité parlementaire. Son directeur de cabinet vient d'être mis en examen dans un dossier qui même emploi fictif, prise illégale d'intérêts et détournement de fonds publics. Jean Germain pourrait toutefois témoigner.

Jean Germain, le maire de Tours, en 2011.
Jean Germain, le maire de Tours, en 2011. © Maxppp

La demande n'est "pas suffisamment motivée " pour être acceptée. Le bureau du Sénat a refusé de lever l'immunité parlementaire de Jean Germain, sénateur-maire de Tours. Le procureur de la ville avait transmis cette demande au début de l'année. Les 26 membres du bureau du Sénat ne se prononcent pas sur le fond de l'affaire, mais sur les éléments d'un dossier préparé par les enquêteurs.

Publicité
Logo France Bleu

La Justice s'intéresse à son rôle dans l'affaire des "mariages chinois". Quatre personnes ont déjà été mises en examen dans ce dossier, sous les charges de prise illégale d'intérêts, emploi fictif, détournement de fonds publics et escroquerie .

Le projecteur sur le cabinet du maire

Ce mardi matin, un cinquième personnage les a rejoints : François Lagière, le directeur de cabinet du maire, a été interpellé à son bureau. Après huit heures de garde à vue pendant lesquelles il a refusé de s'exprimer sur le fond de l'affaire, il a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.

Le cabinet du maire de Tours, Lise Han y a travaillé de 2008 à 2011. Elle dirigeait simultanément Lotus bleu , une société qui organisait en Touraine des événements liés à la Chine, dont des cérémonies de mariage rassemblant des dizaines de couples chinois venus en France pour l'occasion. Elle affirme que Jean Germain était au courant de marchés publics attribués à sa société sans appel d'offres. Ses accusations ont logiquement poussé les juges d'instruction à vouloir entendre l'élu.

"Une satisfaction sans surprise" pour l'avocat de Jean Germain

Maitre Dominique Tricaud, l'un des conseils de Jean Germain, estime que "dans une affaire où aucun enrichissement personnel n'est allégué et où les charges pénales apparaissent faibles, il aurait été très étonnant que le bureau du Sénat " lève l'immunité parlementaire.

L'immunité parlementaire protège l'élu de toute mesure coercitive, ce qui signifie qu'il ne peut pas être placé en garde à vue ou sous contrôle judiciaire, et encore moins détenu. En revanche, il peut choisir de répondre à l'éventuelle invitation d'un juge d'instruction et venir témoigner. Jean Germain a jusqu'ici toujours refusé de s'exprimer sur le fond de l'affaire.

"Si je dois être entendu [par un juge], je m'y rendrai", disait Jean Germain le 12 février 2013

loading
loading
loading
loading
loading

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu