Matricules sur les uniformes : les policiers toujours aussi sceptiques

Par Mathias Kern, France Bleu Gironde lundi 10 février 2014 à 13:03

Le retour du matricule passe mal auprès des policiers
Le retour du matricule passe mal auprès des policiers © MaxPPP

Depuis plus d’un mois, les forces de l’ordre, policiers et gendarmes, doivent impérativement porter sur leur uniforme leur matricule. Un numéro à sept chiffres censé améliorer leur relation avec la population. Pour la majorité d’entre eux, c’est une fausse bonne idée qui n’a rien amélioré.

Vingt ans après son abandon, le matricule a fait son retour sur les uniformes des forces de l’ordre en France, le 1er janvier.

"C’est une perte de temps. On va constamment avoir des questions et des enquêtes sur nous". — Mickael, policier à Talence

La reforme a été rejetée en bloc par tous les syndicats de police, qui estiment qu'avec les 800.000 euros qu'a coûté cette mesure, on aurait pu acheter du matériel bien plus utile aux policiers, qui manquent de moyens, comme des véhicules. Ils y voient aussi un signe de défiance, et une stigmatisation de leur travail.

"S'il y a un abus, il pourra y avoir une suite". — Salim, habitant du Grand Parc

Du côté de la population, pas facile de convaincre non plus de l'utilité de ce matricule. "Les policiers sont agressifs avec nous, ça ne va pas vraiment changer ", lance Mohammed, 25 ans, qui habite au Grand Parc à Bordeaux. Pour Salim, la mesure peut "apaiser les tensions ". Encore faut-il retenir les sept chiffres de matricule.

Matricules sur les uniformes : cette mesure a-t-elle une vraie incidence ?

Le quartier du Grand Parc, à Bordeaux - Radio France
Le quartier du Grand Parc, à Bordeaux © Radio France

Matricules sur les uniformes : "Je ne vois pas à quoi ça sert"

Partager sur :