Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Melun, un couple privé d'eau courante ne peut pas récupérer son nourrisson à la maternité

lundi 5 août 2013 à 12:59 France Bleu

Un couple de Melun est privé de son bébé depuis le mois de juillet. Le nourrisson est gardé à l'hôpital en raison de "conditions d'hygiène indécentes" dans l'appartement des parents. Le propriétaire a fait couper l'eau, en raison d'impayés de loyer.

Carte de localisation de Melun (Seine-et-Marne)
Carte de localisation de Melun (Seine-et-Marne) © MaxPPP

L'histoire commence le 9 juillet dernier. "Le matin on va à la maternité ", raconte le père, âgé de 29 ans. "A notre retour, il n'y avait plus d'eau. La gérante nous a dit qu'il y avait eu des travaux et que les plombiers avaient probablement oublié de nous raccorder ". Mais depuis, malgré des demandes répétées, l'eau courante n'a pas été rétablie. 

La raison : le couple doit 6.400 euros d'arriérés, pour loyers impayés. Faute de bonnes conditions d'hygiène, le couple ne peut pas ramener le bébé, né prématurément le 22 juillet, dans ce studio d'une surface de 16m2. L'enfant reste à l'hôpital depuis sa naissance.

Le propriétaire hors-la-loi selon la mairie

Le couple a alerté les services sociaux de la mairie de Melun. "On a fait ce qu'on devait faire, c'est-à-dire indiquer au propriétaire qu'il est hors la loi. On a reçu le couple en lui fournissant des bons d'achat pour qu'il puisse avoir de l'eau potable ", selon le maire UMP de Melun Gérard Millet. 

"Avec des gens de bonne volonté, les choses auraient pu se régler sous 48 heures ", ajoute le maire. L'association Droit au logement demande que le premier magistrat mette en place ses pouvoirs de police pour "pour rétablir l'eau, et d'autre part il est anormal qu'un nouveau-né soit confisqué à ses parents ".