Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Menaces contre un lycée du Bas-Rhin : un ado de 17 ans mis en examen

-
Par , France Bleu

Le jeune homme arrêté mardi a reconnu être l'auteur de menaces de tuerie dans un lycée, postées sur internet en mai. Lors de sa garde à vue, l'adolescent a reconnu qu'il n'avait aucune volonté de tuer. Un canular à un million d'euros.

menace de tuerie dans un lycée en Alsace portrait diffusé par la police version éclaircie V2
menace de tuerie dans un lycée en Alsace portrait diffusé par la police version éclaircie V2

Un jeune homme de 17 ans a été mis en examen ce jeudi à Strasbourg après avoir reconnu être l’auteur de menaces de tuerie dans un lycée, postées sur internet, qui avaient mobilisé en mai des centaines de policiers dans le Bas-Rhin, a annoncé le parquet.

Cet étudiant en langues et civilisations arabes à l’Université de Strasbourg, interpellé mardi, "a reconnu les faits de manière complète" , a précisé le procureur de Strasbourg Michel Senthille, lors d’un point de presse.

Procureur Strasbourg - Michel Senthille
Procureur Strasbourg - Michel Senthille © Radio France - - Céline Rousseau

"Il a été présenté au juge d’instruction et placé sous contrôle judiciaire compte tenu de sa minorité" , a précisé le procureur. Le jeune homme est âgé de 17 ans et dix mois. Lors de sa garde à vue, il "a assuré qu’il n’y avait aucune volonté d’attenter à la vie de quelqu’un" , a précisé le procureur.

MENACES LYCEES Michel Senthille

Michel Senthille a détaillé le coût de la mobilisation de centaines de policiers et de gendarmes durant les opérations de sécurisation de 57 lycées, puis le coût de l’enquête. Une opération à un million d'euros, pris en charge par la collectivité.

Le parquet avait ouvert en mai une information judiciaire contre X du chef de "communication ou divulgation de fausse information dans le but de faire croire que des homicides vont être commis" .

Bain de sang

La diffusion d’un tel canular est passible de deux ans de prison et 30.000 euros d’amende, peines qui peuvent toutefois être réduites si la justice reconnaît au jeune homme l’"excuse de minorité".

Dans son long message mis en ligne le 14 mai sur un forum de jeux vidéo, il avait annoncé son intention de commettre un bain de sang.

Homme mort menaces sur Internet d'une lycéen en Alsace
Homme mort menaces sur Internet d'une lycéen en Alsace

"J’habite dans une certaine ville, où se trouve un certain lycée, et vendredi, je laisse ma trace dans l’histoire. La vie de beaucoup de gens, dont la mienne, finira ce jour-là" , avait menacé celui qui utilisait le pseudo "HommeMort", et disait vouloir se servir d’un fusil semi-automatique "emprunté" à un oncle.

Ce post avait été signalé par un jeune internaute des Yvelines. Les enquêteurs avaient alors identifié, grâce à l’adresse IP du message, qu’il avait été envoyé d’un cybercafé strasbourgeois, ce qui avait aussitôt déclenché l’alerte dans le Bas-Rhin.

Le vendredi 17 mai un impressionnant dispositif policier avait été déployé à titre préventif devant l’ensemble des 59 lycées du Bas-Rhin. Le dispositif avait été maintenu dans les jours suivants, avant d’être progressivement allégé au fil des semaines.

Menaces sur Internet d'une lycéen en Alsace tuerie lycéen collège lycée Saint-Etienne Strasbourg
Menaces sur Internet d'une lycéen en Alsace tuerie lycéen collège lycée Saint-Etienne Strasbourg © Radio France - - Alexandre Tandin

Largement diffusée, la photo du suspect avait donné lieu à de nombreux signalements à la police, mais aucun n’avait débouché dans un premier temps sur une piste probante.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess