Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Menaces sur des lycées : le procureur ouvre une information judiciaire

-
Par , France Bleu Alsace

Après plusieurs jours de traque, l'internaute qui a proféré des menaces contre un lycée du Bas-Rhin n'a toujours pas été identifié. Le Procureur de la République de Strasbourg ouvre une information judiciaire contre X pour divulgation de fausses informations.

image par défaut

Après plusieurs jours d'enquête autour des menaces proférées par un internaute depuis un cybercafé de Strasbourg, le Procureur ouvre ce mardi une information judiciaire contre X.Cela veut dire que l'enquête prend une autre tournure puisqu'elle est désormais placée sous l'autorité d'un juge d'instruction.Cela veut dire aussi que les policiers et gendarmes s'attendent à une enquête longue, après les 3 interpellations qui n'ont rien donné ce week-end.

Divulgation de fausse information

L'autre indication, c'est le motif de cette information judiciaire. Elle est ouverte pour "divulgation de fausse information dans le but de faire croire que des homicides volontaires vont être commis". Les enquêteurs envisagent sérieusement la piste du canular. Dans son communiqué, le Procureur de la République de Strasbourg, Michel Senthille, rappelle que ces faits sont passibles d'une peine de deux ans de prison et 30.000€ d'amende.  Mais même si cette hypothèse du canular est retenue, le dispositif de sécurité aux abords des 59 lycées du Bas-Rhin est maintenu pour mercredi. La préfecture nous l'a confirmée. 500 CRS et gendarmes mobiles sont en place devant les établissements.

  • Lycée
Choix de la station

À venir dansDanssecondess