Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Bordeaux, Serge Lama va pouvoir venger son père

-
Par , France Bleu Gironde

Serge Lama fête ses 50 ans de carrière ce mardi soir à 20h30 au grand théâtre de Bordeaux, là où ne s'est jamais produit son père Georges Chauvier, alors qu'il était premier prix du conservatoire d'opérette classique.

Serge Lama
Serge Lama

Serge Chauvier – alias Lama – voit le jour le 11 février 1943 à Bordeaux où son père Georges – baryton léger – exerce la profession de chanteur d’opérette au Grand Théâtre de Bordeaux, côtoyant Luis Mariano, Bourvil, ou Georges Guétary. Pour le petit Serge qui assiste aux représentations paternelles, ces premières années ne sont que du bonheur.

"De cette prime enfance, je garde les images fortes de l’Océan infini, des sensations de joie, de soleil, et de plénitude dans la douceur de la campagne de Dordogne où résidait ma grand-mère…"

Tout se complique quand le papa, vedette locale, décide de "monter" tenter sa chance à Paris, engagé au Théâtre des Capucines. Pour le gamin alors âgé de 7 ans, c’est un cruel changement de décor.**

"On s’est retrouvé à quatre dans une chambre de bonne à tirer le diable par la queue. Pendant que mon père faisait l’artiste, ma mère devait se cogner le ménage, la lessive, la cuisine, s’occuper de moi et de ma grand-mère… C’était pas la joie !"

À la maison, l’ambiance se dégrade à tel point que sous la pression de son épouse excédée qui souhaite s’établir dans de meilleures conditions, son père baryton est contraint de renoncer à son art et se lance dans le métier de représentant de commerce. Cet épisode est vécu par Serge Lama comme une grande injustice : **

"A partir de là, je suis entré en rébellion. Moi qui étais plutôt bon élève jusqu’en 6e, je me suis mis à mal travailler, à faire le bouffon en classe, à sécher les cours, à mal me fagoter, et surtout j’ai commencé à écrire des poèmes et des chansons !"

À 18 ans, sans aucun diplôme, il finit par claquer la porte de la maison familiale, et cherche des petits boulots avec une seule idée en tête.**

*"Un jour, je réussirai là où il a échoué, et je vengerai mon père !" *

C'est ce qu'il fait, en ce produisant ce mardi au grand théâtre de Bordeaux, après avoir reçu des mains d'Alain Juppé, maire de Bordeaux, la médaille de la ville à titre posthume pour son père Georges Chauvier.

Premier engagement à "L'Ecluse" en 1964

C'est le 11 février 1964 – jour de ses 21 ans, et de sa majorité – que Serge Lama décroche son premier engagement à "L’Écluse ", fameux cabaret parisien où Barbara est tête d’affiche. Dans la foulée, il enregistre son premier 45 Tours et passe à Bobino en lever de rideau de Georges Brassens.

En 1965, il part en tournée avec Marcel Amont. Au cours de ce voyage, la voiture dans laquelle il se trouve percute un arbre. Sa fiancée, la pianiste Liliane Benelli, et le chauffeur, sont tués. Polytraumatisé et paralysé, il s’en sort miraculeusement après 14 opérations assorties de deux ans d’hospitalisation et de rééducation. Il reprend progressivement le métier en 1967.

"je sais à quel point mon père était meurtri de ne pas s'y être produit"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess