Actus

Christophe : "Ce qui compte, c'est la robe sonore des chansons"

Par Elodie Suigo, Martin Broyer et Benjamin Jacquot, France Bleu Berry, France Bleu Creuse, France Bleu Limousin, France Bleu Orléans, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Touraine et France Bleu mardi 24 mai 2016 à 12:50

Christophe dans les studios de France Bleu
Christophe dans les studios de France Bleu © Radio France

Christophe est de retour avec un nouvel album : "Les vestiges du chaos". Dans ce nouvel opus, l'artiste fait une nouvelle fois la part belle aux expérimentations et à la poésie sonore. Il raconte sa construction au micro d'Élodie Suigo et nous offre un petit medley des "Mots bleus" et de "Lou"...

À 70 ans passés, Christophe est toujours habité par la même passion pour la musique et par le goût pour l'expérimentation sonore. Son seizième album studio, "Les vestiges du chaos" ne déroge pas à la règle : le chanteur des "Mots bleus" nous emmène en voyage à travers 13 titres hors du commun, teintés de sonorités électroniques. Jean-Michel Jarre, Boris Bergman ou encore Daniel Bélanger ont apporté leurs contributions à ce nouvel opus sorti depuis quelques semaines.

Cet album est porté par le single "Dangereuse". On y trouve également un titre intitulé "Lou", qui fait référence à Lou Reed (le célèbre interprète notamment de "Walk on the wild side") ; titre que Christophe nous a offert en live (à la suite du mythique "Les mots bleus") :

Christophe, un "touche à tout, mais d'une autre manière"

En musique, Christophe est totalement autodidacte, il expérimente : "Je suis le contraire de certaines personnes que j'adore, comme Prince ou Trent Reznor (Nine Inch Nails), des gens qui ont un haut niveau musical, qui touchent à tout... Moi je suis touche à tout, mais d'une autre manière : d'une façon primaire, curieuse et très passionnée". Il ajoute : "J'ai toujours la même philosophie de création que j'avais à l'âge de 15 ans. Rien n'a changé à part la technologie..."

Les mots ne comptent pas...

En parfait aventurier du son, Christophe base ses chansons sur la sonorité, la résonance, instrumentale bien sûr mais aussi celle des mots : "Chez moi, les mots ne comptent pas, ce qui compte, ce sont les mots que l'on imagine avec le son. Ce qui compte, c'est la robe sonore (...) et les textes viendront après".