Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Jacques Brel

Jacques Brel, en quête de liberté

mardi 9 octobre 2018 à 6:02 Par Charlotte Hattenberger, France Bleu

Il y a 40 ans, Jacques Brel disparaissait à l'âge de 49 ans des suites d'une embolie pulmonaire. Éternel indomptable, le chanteur revendiquait sa vision du monde et de la liberté.

"Je ne suis pas à vendre, vous savez ? (...) J'ai envie de vivre ma vie comme j'ai envie de la vivre."
"Je ne suis pas à vendre, vous savez ? (...) J'ai envie de vivre ma vie comme j'ai envie de la vivre." © Getty - Gijsbert Hanekroot

Compositeur, interprète, acteur, pilote... Jacques Brel n'a jamais hésité à changer de vie lorsqu'il en ressentait le besoin, refusant de négocier sur sa liberté quitte à subir la critique de son public. 

C'est en 1956, après plusieurs années difficiles, que Jacques Brel rencontre enfin le succès avec sa chanson Quand on n'a que l'amour. Il trouve son public et sa popularité ne cesse de croître pendant près de dix ans. Enchaînant les concerts à un rythme effréné, Jacques Brel sent peu à peu qu'il n'a plus de temps pour lui.

Je ne suis pas à vendre, vous savez ? (...) J'ai envie de vivre ma vie comme j'ai envie de la vivre. 

En 1966, il décide d'arrêter les tours de chants pour respirer et pour "prendre le temps de se taire". Face aux critiques du public et des médias prenant son arrêt comme un abandon, il note avec humour : "personne n'a voulu que je débute, et personne ne veut que je m'arrête". Il honore ses derniers contrats et fait officiellement ses adieux à la scène à l'Olympia en octobre 1966. 

Je veux prendre plus de temps pour écrire, et plus de temps pour avoir peur.

Loin d'être inactif, il se tourne alors vers une carrière d'acteur et de réalisateur, tout en continuant d'écrire des chansons. En parallèle, il se passionne pour la voile et l'aviation : il enchaîne les voyages, sur son voilier ou à bord de son avion. 

[En avion ou sur un voilier] On est maître de sa carcasse, on remet tout en question, on redevient jeune (...) On est Vasco de Gama, et les hommes sont faits pour être Vasco de Gama, et pas employés de bureau.

L'homme n'est pas fait pour rester quelque part. Être figé, c'est une erreur colossale.

En 1974, Jacques Brel prend la mer sur son voilier l’Askoy, pour un tour du monde de trois ans. Projet malheureusement avorté quelques mois plus tard quand on lui diagnostique un cancer des poumons. Il est opéré en novembre 1974, et un mois plus tard seulement, Jacques Brel repart en mer. Il se rend jusqu'aux îles Marquises, où il jette l'ancre en 1976. Il y redécouvre la sérénité de l'anonymat. Il disparaît à Bobigny le 9 octobre 1978, emporté par une embolie pulmonaire.

À voir aussi : la chanson "Ne me quitte pas" a séduit les plus grandes voix du monde. Écoutez Ray Charles et Nina Simone l'interpréter :