Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Des fans d’Indochine campent devant le Zénith de Dijon

lundi 9 avril 2018 à 18:24 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

La tournée " 13 Tour" du groupe Indochine fait étape ces 10 et 11 avril au Zénith de Dijon. Un moment attendu par les fans de Nicola Sirkis, dont les plus assidus campent depuis plusieurs jours déjà à côté de l'entrée de la salle de spectacle.

Une dizaine de tentes de fans, sous l'auvent du Zénith de Dijon
Une dizaine de tentes de fans, sous l'auvent du Zénith de Dijon © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Le groupe mythique Indochine débarque au Zénith de Dijon, pour deux concerts, mardi et mercredi. Depuis les années 80, il entraîne à sa suite des générations de fans. Pour son retour sur scène et sa nouvelle tournée, certains admirateurs ont planté leur tente tout à côté de l'entrée de la salle, afin d'être sûrs d'être les premiers à l'ouverture des portes, et d'occuper les meilleures places possibles. 

Ils campent pour être les premiers à l'ouverture des portes

Parmi la dizaine de tentes, abritées sous l’auvent du Zénith, celle de Manon, 25 ans. Elle est dijonnaise mais a tout de même décidé de camper avec les autres depuis vendredi : « c’est pratique, parce que pour se laver, on va directement chez soi, pas besoin de payer l’hôtel. Nous sommes plusieurs campeurs à se retrouver sur chaque date, on passe plusieurs jours ensemble. On campe pour espérer avoir les places devant ». Pour plus de confort, le Zénith leur a même ouvert les toilettes extérieures. Le petit groupe d’une vingtaine de personnes est bien organisé. Anaïs, 24 ans, une autre côte-d’orienne, issue d’une famille où tout le monde écoute avec dévotion les succès d'Indochine. tient la liste des arrivées. C’est dans l’ordre des arrivées en effet que chacun se présentera le jour J devant l’entrée de la salle, mais une fois à l’intérieur, « c’est chacun pour soi », prévient Manon.

De concert en concert, des amitiés se nouent parmi la communauté des fans campeurs. - Radio France
De concert en concert, des amitiés se nouent parmi la communauté des fans campeurs. © Radio France - Jacky Page

Un moment de partage entre fans, et un budget à gérer

Amandine et Oriane sont du même âge et partagent une tente depuis lundi matin. Elles viennent d’Alsace et se sont connues lors d’un concert de leur idole Nicola Sirkis, en 2014. Depuis, les deux copines inséparables partent ensemble pour suivre la tournée du groupe. « A chaque fois on se dit qu’ils ne peuvent pas faire mieux, mais c’est toujours mieux », affirme Oriane. Amandine ajoute que ça les fait voyager. Ensemble, elles vont assister à 25 concerts. « C’est à chaque fois la découverte d’une région, d’endroits différents, et un moment de partage entre fans ».

Pour se rendre disponible, Amandine a cumulé des congés sur plusieurs années. Elle est coiffeuse et les pourboires l’aident à financer son périple. Mais cette passion a un prix que la jeune femme n’ose pas chiffrer. Les seuls billets de concerts lui coûtent un millier d’euros. Elle estime que les frais de séjour et de voyage quadruplent cette somme. Alors pas question de faire des folies par ailleurs. « C’est un choix financier, on ne part pas en vacances et on garde tout pour pouvoir faire ces dates ».

Des tatouages pour marquer leur attachement au groupe

Heureusement, le chanteur Nicola Sirkis n’est pas avare d’autographes avec ses admiratrices. « Même s’il n’avait pas le temps, il s’est toujours arrêté, cinq, dix minutes, juste pour nous ».  Comme beaucoup de fans, les deux jeunes femmes portent des tatouages à la gloire de leur groupe fétiche. Amandine retrousse sa manche gauche pour montrer sur son avant-bras la croix qui est devenue le signe d’Indochine, depuis l’album Paradize.

Les fans ont Indochine dans la peau, comme en témoigne ce tatouage du signe du groupe - Radio France
Les fans ont Indochine dans la peau, comme en témoigne ce tatouage du signe du groupe © Radio France - Jacky Page

Au Zénith de Dijon, les fans vont communier ensemble dans leur adoration du groupe de pop rock, plusieurs générations confondues, Indochine préparant ses quarante ans de carrière. « Leurs textes sont intemporels, qu’on ait 50 ans, 20 ans, il y a des fans de 10 ans, ça ne s’explique pas ».