Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Optimisme pour l'usine Rio Tinto à Saint Jean de Maurienne ?

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Le ministre du redressement productif a rencontré hier la directiion de Trimet en Allemagne

image par défaut

En apparence, on a droit à de belles déclarations d'intentions de chaque côté. Mais il semble que les exigences de Trimet soient élevées: Les Allemands veulent la garantie de l'approvisionnement en alumine, matière première pour fabriquer l'aluminium, auprès du minier Rio Tinto, et un prix de l'électricité très bas. Actuellement le prix officiel pour les industriels est de 42 euros de MGW, Trimet demande à EDf et à l'Etat actionnaire de faire un effort considérable.

Arnaud Montebourg se retrouve coincé entre la volonté de faire aboutir cette reprise - sinon c'est un nouvel échec pour lui après Mittal à Florange, d'où ses déclarations enthousiastes hier-  et les exigences des Allemands que les autres industriels vont regarder de près. Pas question de passe-droit, Bruxelles le verrait d'ailleurs comme une concurrence déloyale, une aide déguisée.

Trimet estime devoir investir 200 à 250 millions d'euros à Saint Jean et sur l'usine de Castelsarazin qui fait partie de la reprise sur 10 ans. Trimet conserverait 510 emplois dont 470 à Saint Jean.

Si les négociations n'aboutissent pas, la fermeture reste une hypothèse pour Rio tinto Alcan.

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess