Paris dit oui aux jeux Olympiques

France Bleu Paris Région dimanche 12 avril 2015 à 22:15 Mis à jour le lundi 13 avril 2015 à 11:30

Clone of jeux olympiques

Le Conseil de Paris a approuvé, lundi, à une très grande majorité, l'engagement de Paris dans une candidature pour l'organisation des jeux Olympiques de 2024. Seuls les Verts et le Parti de Gauche ont voté contre.

Le projet de candidature de la capitale aux jeux Olympiques 2024 a franchi une étape ce lundi. Le Conseil de Paris a voté oui. La majorité des élus parisiens souhaitent s'engager pour soutenir l'aventure. A part les élus écologistes, et le Parti de Gauche, tout le monde est pour que la capitale pose sa candidature.

"Nous voilà engagés dans l'aventure olympique!" : Anne Hidalgo, maire de Paris

Pour se lancer dans l'aventure olympique, les défenseurs de la candidature l'affirment : cela ne fonctionnera que si une véritable union émerge. Aujourd'hui justement, le projet fait désormais l'unanimité, ou presque, parmi les élus parisiens. La majorité socialiste, l'UMP et le groupe UDI-Modem sont partants. Seuls les écologistes et le Parti de gauche s'y opposent. Au Conseil de Paris, les Verts ont fait part de leurs doutes. Pour David Belliard, coprésident des Verts, "La logique même des jeux Olympiques et du Comité international olympique, c'est l'inflation des dépenses et le toujours plus ". De son côté, la coprésidente du groupe, Anne Souyris, regrette une décision "précipitée ", prise sans "aucune concertation menée avec les Franciliennes et les Franciliens ".

Les jeux Olympiques comme accélérateur de progrès

Pour Anne Hidalgo, si cette candidature de Paris aux jeux Olympiques a un sens aujourd’hui, c’est qu’ils vont permettre d’aller plus vite dans de nombreux domaines et que les Parisiens vont pouvoir en profiter. Des milliers de logements vont être construits, indique Anne Hidalgo, le réseau de transport en commun va être amélioré et la transition écologique sera mise en place plus rapidement. 

Les JO à Paris ? - Aucun(e)
Les JO à Paris ?

Le vote prévu au conseil n'est pas synonyme de candidature officielle (Paris a jusqu'au 15 septembre pour déposer son dossier au Comité International Olympique). Il permettra en revanche de donner un coup d'accélérateur aux premières démarches. Les élus parisiens se rapprocheront alors du monde sportif pour ficeler le dossier technique et le choix des sites, comme le village olympique et le centre des médias (en Seine-Saint-Denis ?).

Dès cette semaine, des consultations doivent être lancées auprès de la population pour connaître les envies sur cette candidature aux Jeux Olympiques. Des réunions publiques ou encore une boîte à idées sur internet sont envisagées. En revanche, l'idée d'un referendum semble écartée.

Paris peaufine ses arguments

Pour ne pas connaître un nouvel échec, Paris a déjà travaillé sur l'argumentaire qu'il présentera aux membres du CIO. Des élus franciliens se sont rendus récemment à Londres pour y rencontrer un certain Sebastian Coe, l'homme qui a permis à la capitale anglaise de rafler les JO 2012, au nez et à la barbe de Paris. Une rencontre et un conseil donné aux Parisiens : laisser le leadership de la candidature au monde sportif et non aux politiques pour convaincre les membres du CIO.

Quant à l'argumentaire mis au point pour obtenir ces Jeux Olympiques, il s'articulera autour de deux axes majeurs:

Paris, une ville d'accueil, passionnée de sport (350.000 licenciés, 700.000 pratiquants)Les JO comme levier de développement (accélérateur du Grand Paris Express, de la résorption des inégalités avec la Seine-Saint-Denis et de la constuction de nouveaux logements)  

Paris a jusqu'au 15 septembre pour déposer son dossier de candidature au Comité International Olympique. Le choix de la ville qui accueillera les Jeux en 2024 se fera en 2017. D'autres villes sont sur les rangs, comme Boston, Rome et Hambourg.