PHOTOS - Deux jours à suivre les grandes marées sur le littoral girondin

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde lundi 23 mars 2015 à 7:00

Prendre le temps
Prendre le temps © Radio France

De Lacanau à Soulac en passant par le Bassin d'Arcachon, nous avons suivi les grandes marées pendant deux jours. Coincé parmi la foule à la plage centrale de Lacanau samedi après-midi ou seul à patauger au milieu du Bassin à Claouey vendredi midi, nous nous sommes penchés avec attention sur ce milieu naturel. Il nous reste quelques images et de belles rencontres.

Une météo clémente

Dès le lever du jour vendredi matin nous savions déjà que cette première grande marée du siècle et ses coefficients de 119 ne causeraient pas de dégâts sur le littoral girondin. Les conditions étaient réunies pour deux jours de mer calme avec un vent de Nord-Est et une houle faible d'1,2 mètres. La marée montante ne pouvait pas provoquer de débordements et les maires du littoral ont pu dormir sur leurs deux oreilles.

Le maire de Montalivet Pierre Bournel - Radio France
Le maire de Montalivet Pierre Bournel © Radio France
Des conditions propices aux sports de glisse et aux balades

Les surfeurs ont pu s'en donner à coeur joie. Si à la plage centrale de Lacanau les bancs de sable n'étaient pas suffisamment  "calés" pour les amateurs de glisse, nous les avons rencontré un peu plus loin à Montalivet. A marée basse de nombreux girondins se sont également lancés dans des balades interminables le long des plages désertes. A Claouey, au fond du Bassin nous avons aussi aperçu les oies bernaches pêcher au milieu des bateaux posés sur la vase.

Les surfeurs ont le sourire et la cagoule - Radio France
Les surfeurs ont le sourire et la cagoule © Radio France
Mais où est passée la mer ?  Andernos  - Radio France
Mais où est passée la mer ? Andernos © Radio France
Grévistes de la faim

Moins amusante fut notre rencontre avec les grévistes de la faim du Signal à Soulac (ce bâtiment qui menace de s'écrouler sous l'effet de l'érosion marine. Vendredi soir cinq des 75 propriétaires expropriés en février 2014 ont entamé une grève de la faim. Ils protestent contre ce qu'ils considèrent une injustice : l'enveloppe globale d'1.5 millions d'euros proposé par l'Etat pour les indemniser.

Deux grévistes de la faim devant le Signal - Radio France
Deux grévistes de la faim devant le Signal © Radio France
Noyade

Dimanche après-midi, un fait divers est également venu nous rappeler que les grandes marées n'étaient pas qu'un phénomène poétique et sans danger. A la pointe de Grave, un toulousain de 70 ans s'est noyé après avoir été emporté par une vague. Le pêcheur à pied est resté une heure à l'eau avant d'être pris en charge par les secours. Il n'a pas survécu.

A LIRE AUSSI

PHOTOS - Marée du siècle : des milliers de personnes sur les côtes