Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Poulegate" : incidents à l'Assemblée, le député caqueteur sanctionné

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

L'incident survenu mardi soir à l'Assemblée continue de faire réagir les députés. Mercredi, les élus de gauche sont volontairement arrivés en retard à la séance pour protester contre l'élu UMP qui avait imité la veille des cris de poules au moment de l'intervention d'une parlementaire écologiste. Les députés de la droite ont réagi en quittant l'hémicycle. Le fautif a pour sa part été sanctionné.

La séance du jour a été perturbée par l'incident survenu la veille dans l'hémicycle.
La séance du jour a été perturbée par l'incident survenu la veille dans l'hémicycle. © Maxppp - Marlene Awaad

En imitant des cris de poule mardi soir sur les bancs de l'Assemblée nationale, le député UMP Philippe Le Ray ne s'attendait sûrement pas à ce que son geste ait de telles conséquences.

Les députés UMP quittent l'hémicycle

Mardi soir, lors de l'intervention de la député d'Europe Ecologie les Verts Véronique Massoneau au moment du débat sur les retraites, l'élu du Morbihan avait émis des caquètements, provoquant la colère du président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone et la suspension de la séance. Philippe Le Ray a depuis appelé Véronique Massoneau pour s'excuser, ce qui n'a pas suffi à calmer la colère des élus de gauche.Mercredi, lors de la séance des questions au gouvernements, les députés socialistes sont arrivés volontairement en retard pour protester contre ce qu'ils considèrent comme une insulte sexiste. Face à cette vague de protestation, les élus de droite ont décidé de quitter l'hémicycle.

Quand à Véronique Massoneau, elle est entrée dans l'hémicycle sous les applaudissements de ses collègues. Elle a également reçu le soutien de Claude Bartolone : "Je voudrais adresser au nom de très nombreux d'entre nous nos amitiés à Véronique Massonneau , a déclaré le président de l'Assemblée nationale.

Le PS réclame des sanctions --------------------------- [Dans un communiqué](http://www.parti-socialiste.fr/communiques/lunion-des-machos-pitoyables-encore-sevi), le Parti socialiste a demandé à ce que Philippe le Ray soit "**sanctionné* * ". Dont acte : la conférence des présidents, qui réunit les responsables des différents groupes parlementaires, a décidé en fin d'après-midi de punir le fautif, à l'unanimité. Philippe Le Ray sera donc privé d'un quart de son indemnité parlementaire pendant un mois. Le parti de la majorité demandait également "**à Jean-François Copé et Christian Jacob de rappeler à l'ensemble des membres de leur groupe parlementaire que le sexisme n'a pas plus sa place dans l'enceinte de l'Assemblée nationale qu'à l'extérieur (...) Quand l'UMP va-t-elle comprendre que nous sommes sortis de l'ère préhistorique ?* * " Le président du groupe UMP Christian Jacob a réagi en reconnaissant "**un incident cette nuit tout à fait regrettable* * ". Il s'en est par ailleurs prix à Claude Bartolone, l'accusant d'être d'être "**caution* * " d'une "**mascarade* "* et d'une "**théâtralisation* * ". Le "*poulegate* " est né   -------------------------- Sur les réseaux sociaux, on parle désormais de "poulegate" pour évoquer l'incident de mardi soir. Un internaute s'est même amusé à détourner le logo de l'UMP. ** **
Choix de la station

À venir dansDanssecondess