Pour les agriculteurs périgourdins montés à Paris, le compte n'y est pas

Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord jeudi 3 septembre 2015 à 17:55

Les agriculteurs ont bloqué Paris
Les agriculteurs ont bloqué Paris © Radio France

Un "sparadrap" de plus. Les agriculteurs périgourdins montés à Paris pour bloquer la capitale se disent très déçus par les annonces du gouvernement. Le nouveau plan d'aide dévoilé ce jeudi ne sont que des "mesures conjoncturelles" alors que les éleveurs demandent des "mesures structurelles".

Des milliers d'agriculteurs et plus de 1500 tracteurs ont donc bloqué Paris ce jeudi. Ils ont convergé vers la place de la Nation pour dire leur colère de ne plus être correctement rémunérés pour leur travail.

Colère aussi d'être confrontés à trop de normes. Une cinquantaine d'agriculteurs périgourdins avaient fait le déplacement en minibus. Le Premier ministre a annoncé un nouveau plan d'aide.

Il permettra selon lui de soutenir l'invesitssement à hauteur de 3 milliards d'euros sur trois ans. Manuel Valls promet aussi une année blanche sur le remboursement des dettes bancaires en 2015. Mais aussi un allégement immédiat des charges, la prise en charge des intérêts d'emprunt sera doublée.

Thierry Dupuy estime que les annonces de Manuel Valls sont insuffisantes

Enfin le premier ministre a promis que la France ne prendrait aucune norme qui irait au delà de la réglementation européenne jusqu'en février prochain.

Divisions chez les agriculteurs

Le gouvernement a entendu les agriculteurs, s'est félicité le patron de la FNSEA Xavier Beulin. Il a été hué par des agriculteurs pour qui le compte n'y est pas. C'est aussi le sentiment de Thierry Dupuy, producteur de lait à Bars et secrétaire général de la FDPL (Fédération départementale des producteurs de lait). Il dirigeait la délégation périgourdine à Paris et il estime qu'il s'agit d'un sparadrap de plus pour les agriculteurs.

"Ils comprennent que le monde agricole est dans le désarroi... Mais on attendait plus, la mobilisation risque donc de continuer" estime ce leader de la FDPL

"Vendu !", "Démission !" , "On va mettre le feu !", ont donc réagi les agriculteurs au discours du leader du leader de la FNSEA, Xavier Beulin.

Les perigourdins sont partis pendant trois jours (deux jours de route) pour rien. La colère est donc monté pour Patrice Brachet, éleveur à Azerat en Périgord:A noter qu'hier Germinal Peiro, le président socialiste du Conseil départemental de Dordogne mais aussi député PS du Périgord noir, a conduit une délégation de parlementaires socialistes à la rencontre des agriculteurs à Paris.

Fabrice Brachet agriculteur à Azerat est très en colère

A LIRE AUSSI

Manuel Valls adresse un "message d'amour" et promet de nouvelles aides aux agriculteurs