Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Primes perçues par Claude Guéant : ouverture d'une enquête préliminaire

-
Par France Bleu

Le parquet de Paris a annoncé vendredi que des investigations allaient être menées, suite au rapport d'inspection publié le 10 juin, stipulant que l'ex-ministre l'Intérieur avait touché 10.000 euros par mois alors qu'il était en charge de l'Intérieur, entre 2002 et 2004.

Claude Guéant, ex-ministre de l'Intérieur
Claude Guéant, ex-ministre de l'Intérieur © Maxppp

Manuel Valls, actuel locataire de la place Beauvau, avait transmis le rapport de l'enquête administrative à la justice. Ce dernier révélait que Claude Guéant avait reçu 10.000 euros de primes mensuelles en liquide durant son passage à l'Intérieur, entre 2002 et 2004. Ces fonds avaient été prélevés dans les "frais d'enquête et de surveillance" des policiers, des sommes mises à disposition des membres de forces de l'ordre pour les besoins de leurs enquêtes.Et la justice a donc décidé à son tour d'ouvrir une enquête préliminaire. La division nationale des investigations fiscales et financières (DNIFF) est chargée d'évaluer s'il y a eu ou non détournements de fonds et recel. En clair, les sommes ont-elles été empochées par Claude Guéant ? A quoi ont-elles servi ?

Une affaire à tiroirs

Lors de la publication de l'enquête administrative, l'entourage de Claude Guéant avait relevé que ces sommes ne lui étaient pas destinées, mais utilisées pour un système de "gratifications", notamment pour les policiers en charge de la protection du président Sarkozy.L'existence de ces primes avait été découverte alors que les policiers effectuaient une perquisition chez Claude Guéant en février 2012, cette fois-ci dans le cadre d'une autre affaire (l'attentat de Karachi). Des factures réglées en liquide avaient alors intrigué les enquêteurs, et l'intéressé avait expliqué que l'argent provenait de ces fameuses primes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu