Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Procés du Médiator : les victimes en Gironde attendent la condamnation de Jacques Servier

-
Par France Bleu Gironde

Le procès du Médiator, qui avait tourné court il y a un an pour des questions de procédure , aura bien lieu cette fois : le tribunal correctionnel de Nanterre a rejeté ce mercredi la demande de renvoi déposée par la défense. En Gironde comme ailleurs, c'est un soulagement pour les parties civiles.

Médiator
Médiator © Radio France

 

Le procés du Médiator a repris ce mercredui après-midi à Nanterre : le tribunal correctionnel a rejeté les arguments de procédure déposés par la défense. Lors de ce deuxième jour de débats,  Jacques Servier, le principal prévenu, était absent pour raisons de santé. Le fondateur du laboratoire, âgé de 91 ans. Destiné aux diabétiques, mais largement prescrit comme coupe-faim, ce médicament a été commercialisé pendant 33 ans, jusqu'en 2009. Il pourrait avoir causé la mort d'au moins 1800 personnes en France.

Danielle habite Cestas, elle est une des nombreuses victimes du Mediator. Diabétique et en surpoids, son médecin lui a prescrit ce médicament qu'il jugeait à l'époque efficace. Mais en 2006, le coeur de Danielle flanche. Et les médecins lui diagnostiquent une double valvulopathie. Aujourd'hui, en colère, elle espère voir les responsables punis.

"Ce Mr qui s'est enrichi sur notre dos devrait payer les pots cassés"

"La victoire risque d'avoir un goût amer"

Une voix discordante du côté des victimes : celle de Jean-Christophe Coubris. L'avocat bordelais, qui défend 47 des 700 parties civiles de ce procés, estime que ces débats risquent de remettre en cause l'instruction menée parallèlement par le Pôle de Santé à paris, qui devraient déboucher sur un autre procés fin 2013 .

"Quel impact aura ce jugement sur celui à venir ? On va peut-être trop vite"

 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess