Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Que sont devenues les dernières familles Roms de l'avenue Thiers, à Bordeaux ?

-
Par France Bleu Gironde

Le squat de de l'avenue Thiers, rive droite, à Bordeaux a officiellement fermé le 31 juillet. Les forces de l'ordre l'ont en fait vidé dès la semaine dernière. 80 personnes y vivaient encore, dont la moitié serait retournée en Bulgarie, d'après les autorités

Le squat de l'avenue Thiers, après sa fermeture à Bordeaux
Le squat de l'avenue Thiers, après sa fermeture à Bordeaux © Radio France

Le squat de l'avenue Thiers, quartier de la Bastide, à Bordeaux, n'existe plus. Le plus ancien squat de l'agglomération bordelaise a compté jusqu'à 250 occupants, des Roms de nationalité bulgare, dont 77 enfants. Le terrain, propriété de la CUB, a été vidé progressivement de ses habitants. La dernière opération de police s'est déroulée la semaine dernière. Les lieux doivent à présent être aménagés dans le cadre de la ZAC Bastide-Biel , des logements doivent être constuits à cet emplacement.

Encore 80 occupants ces dernières semaines

80 personnes vivaient encore là ces dernières semaines. Selon les autorités, la moitié d'entre elles ont bénéficié de la MOUS, la Maîtrise d'Oeuvre Urbaine et Sociale. Ce programme de relogement et d'intégration par le travail et l'école est géré par l'Etat, les structures d'hébergement sont mises à disposition par la CUB et Emmaüs. Et selon Hubert Weigel, préfet délégué à la Sécurité, les autres ont regagné leur pays d'origine.

"Ces personnes ont préféré repartir d'elles-mêmes"

Mais pour les bénévoles de Médecins du Monde, qui s'occupent au quotidien de ces familles Roms, la situation n'est pas aussi claire, et un certain nombre d'entre elles ont rejoint d'autres squats de la CUB.

"Une partie des familles ont été retrouvées dans d'autres squats"

Selon la Préfecture de Gironde,  500 Roms dont environ 80 enfants vivent encore actuellement à Bordeaux et dans son agglomération, alors qu'ils étaient 650 fin 2012 . D'autres squats, à Floirac, devraient être démantelés d'ici la fin de l'année, d'après les autorités.

"Cette fermeture n'a pas fait que déplacer le problème"

Choix de la station

France Bleu