Qui à la place de Virgin, place Gambetta, à Bordeaux ?

France Bleu Gironde jeudi 23 mai 2013 à 6:25

Le magasin Virgin à Bordeaux, n'a plus que quelques jours à vivre
Le magasin Virgin à Bordeaux, n'a plus que quelques jours à vivre © Radio France

Les 33 salariés bordelais de l'enseigne culturelle ne se font plus d'illusions : la plupart d'entre eux iront pointer à Pôle Emploi dès la fin juin. Quant au devenir des 4.000 m2 de locaux, il reste en suspens. L'installation éventuelle à cet emplacement d'un restaurant Mac Donald's n'est pas confirmée.

Le tribunal de commerce de Paris examine ce jeudi les dernières offres de reprise du groupe Virgin. L'espoir de sauver l'enseigne culturelle est quasiment nul après le retrait du principal repreneur, la société d'arts créatifs Rougier et Plé . Les dernières offres de reprise en lice ne concernent pas de toute façon le magasin de Bordeaux, qui devrait fermer fin juin ( la date n'est pas encore officielle)

Les 33 salariés licenciés ? 

Il ne faut pas s'attendre à un miracle : la plupart des 33 salariés iront pointer au chômage.  Certains conservent malgré tout un espoir : Cultura pourrait reprendre 2 magasins en France, la chaîne de vêtements Vivarte une dizaine d'autres, ce qui permettrait de sauver 173 des 960 emplois. A Bordeaux, quelques-uns des salariés pourraient être prioritaires pour ces reclassements, mais celà voudrait dire évidemment quitter la Gironde.

En atendant, après avoir bradé les stocks pendant 3 jours la semaine dernière, le personnel accueille les derniers clients la mort dans l'âme, les rayons sont à moitié vides et le magasin ferme désormais ses portes tous les soirs à 19h.  

Mac Do sur les rangs pour s'installer place Gambetta ?

La question du devenir des 4 mille m2 de surface commerciale  se pose par ailleurs, et là encore, rien n'est pour l'instant fixé. L'enseigne Mac Donald's serait interessée pour installer un de ses fast-foods au rez-de chaussée, le reste pourrait être transformé en bureaux et en logements. "Ce n'est qu'une rumeur , répond la compagnie d'assurance Générali, propriétaire des murs, nous n'avons eu aucun contact officiel. Nous en sommes au stade de la réflexion ". Ces locaux idéalement situés devraient attiser les convoitises, malgré le loyer élevé.

"Les rayons sont à moitié vides, il ferme désormais tous les soirs à 9h"