Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Regroupement familial : Valls irrite les ministres écologistes

mercredi 21 août 2013 à 11:16 - Mis à jour le mercredi 21 août 2013 à 14:45 France Bleu

Les récents propos de Manuel Valls sur la politique migratoire de la France ont été peu appréciés par les deux ministres écologistes du gouvernement, Cécile Duflot et Pascal Canfin. François Hollande a préféré éteindre les braises, en annonçant en Conseil des ministres que la politique migratoire et le regroupement familial ne faisaient pas partie des débats de cette rentrée.

La ministre écologiste Cécile Duflot a exprimé son désaccord avec les propos tenus par Manuels Valls
La ministre écologiste Cécile Duflot a exprimé son désaccord avec les propos tenus par Manuels Valls © Maxppp

De là à y voir un règlement de compte par médias interposés, il y a un pas, mais on s’accordera au moins à dire que la ministre du Logement a entendu marquer clairement sa différence avec son collègue de l'Intérieur.

Cécile Duflot défend la ligne Taubira

Ainsi, dans un entretien que publie mercredi Libération, Cécile Duflot, la ministre écologiste du Logement, est venue appuyer la ligne de front défendue la veille par Christiane Taubira contre les récents propos de Manuel Valls sur la politique migratoire de la France lors du séminaire de rentrée du gouvernement.

"Le droit à vivre en famille ne souffre pas d'exception. Il est garanti par l'article 8 de la convention européenne des droits de l'homme"

"Quand j'ai un désaccord majeur avec un membre de la majorité, je n'hésite pas à le dire", insiste ainsi Cécile Duflot dans les colonnes du quotidien. Sur la réforme pénale, qui a opposé Manuel Valls à Christiane Taubira, la ministre écologiste se place du côté de la ministre de la Justice.

"En matière de justice, il n'y a qu'une ligne de gauche. Elle est très bien portée par Christiane Taubira", dit-elle. Sur les propos de Manuel Valls appelant à relancer le débat sur le regroupement familial, Cécile Duflot est tout aussi claire : "Je crois que la question ne se pose même pas", dit-elle. "Le droit à vivre en famille ne souffre pas d'exception. Il est garanti par l'article 8 de la convention européenne des droits de l'homme".

Pascal Canfin "surpris"

A sa suite, Pascal Canfin, ministre délégué au Développement, attaque Manuel Valls de manière plus frontale encore et dit qu'une éventuelle accession du ministre de l'Intérieur au poste de Premier ministre remettrait en cause la participation des ministres écologistes au gouvernement. "J'ai été surpris par la sortie de Manuel Valls sur la politique migratoire lundi lors du séminaire de rentrée", déclare Pascal Canfin dans une interview accordée au JDD.fr.

"Pour quelqu'un qui veut incarner l'ordre, c'est lui qui déclenche le désordre "

"Pour quelqu'un qui veut incarner l'ordre, c'est lui qui déclenche le désordre", ajoute-t-il. "Je trouve que finalement cette stratégie le marginalise au sein de la gauche. Sincèrement, je ne vois pas comment, si Manuel Valls était Premier ministre, nous pourrions participer au gouvernement". La pertinence d'un débat sur le regroupement familial a été contestée notamment par la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, mais aussi par le député PS Razzy Hammadi, le Parti communiste et un ancien président de SOS-racisme.

François Hollande éteint l'incendie en Conseil des ministres

François Hollande a préféré éteindre aussitôt les braises en Conseil des ministres. "Le président de la République a estimé que la politique migratoire et le regroupement familial ne faisaient pas partie des débats de cette rentrée", a ainsi rapporté la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem.