On respire de mieux en mieux en Drôme-Ardèche mais...

Par Stéphane Milhomme, France Bleu Drôme-Ardèche mercredi 22 avril 2015 à 11:55

L'autoroute A7 à hauteur de Valence dans la Drôme, printemps 2015
L'autoroute A7 à hauteur de Valence dans la Drôme, printemps 2015 © Radio France - Stéphane Milhomme

Le bilan est dressé bilan par l'association Air Rhône Alpes. D'après ses relevés, on a eu l'an dernier moins de pics de pollution. 53 jours contre 83 l'année d'avant. Il reste quand même un très gros point noir : les niveaux d'ozone.

Selon l'association de mesure de la qualité de l'air, plus de 200 000 habitants de Drôme Ardèche sont trop exposés à l'ozone. 26 000 personnes côté Ardèche. 188 000 côté Drôme. D'après les capteurs d'Air Rhône Alpes, sont concernés tous les habitants de la Vallée du Rhône , mais jusqu'à l'intérieur des terres pour la Drôme, la Drôme provençale et même le plateau du Vercors. Seuls les Baronnies et le haut Diois sont épargnés.

"Le cocktail" soleil, chaleur, trafic automobile

L'effet d'entonnoir de la vallée du Rhône concentre cette pollution. C'est là aussi qu'il y a le plus d'habitants, d'activités industrielles, et de circulation automobile. Car l'ozone se forme avec le cocktail soleil, chaleur, la circulation automobile. Sur la période estivale, de juin à septembre, on est donc particulièrement exposé.

La limitation de vitesse n'est pas suffisante

Des mesures sont déjà mises en place : La limitation de vitesse sur l'autoroute en cas de pic de pollution notamment. Mais elle n'est pas suffisante. Le risque pour la santé : davantage d'irritations des yeux et de tout l'appareil respiratoire . La maigre consolation, à la différence des particules fines, est que l'ozone n'est pas un polluant considéré comme cancérigène à long terme.

On respire de mieux en mieux en Drôme-Ardèche mais...