Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retraites : durée de cotisation plus longue, pas de hausse de la CSG

mardi 27 août 2013 à 18:52 Par Marina Cabiten, France Bleu

La réforme des retraites voulue par le gouvernement a été présentée mardi soir par Jean-Marc Ayrault. C'était surtout le mode de financement qui était attendu. Finalement, la CSG n'augmente pas. Mais la durée de cotisation passe à 43 ans en 2035 contre 41,5 aujourd'hui.

Les salariés devront travailler plus longtemps et les entreprises cotiser davantage, entre autres
Les salariés devront travailler plus longtemps et les entreprises cotiser davantage, entre autres © Maxppp

Les Français devront travailler plus longtemps. Dans la réforme des retraites dévoilée mardi soir par Jean-Marc Ayrault, c'est la principale annonce : la durée de cotisation pour une retraite à taux plein va augmenter progressivement pour atteindre 43 ans en 2035 , contre 41,5 aujourd'hui (augmentation d'un trimestre tous les trois ans à partir de 2020). Le taux des cotisations salariales et patronales va aussi augmenter de 0,3 points sur quatre ans.

En revanche, une hausse de la CSG n'a finalement pas été retenue par le Premier ministre. Pas non plus de baisse, de gel, ou de revalorisation des pensions des retraités.

Le gouvernement avait déjà annoncé la création d'un compte-pénibilité à partir de 2015, il déclare aujourd'hui que ce compte sera financé par les entreprises . Les salariés exposés à des facteurs de pénibilité pourront accumuler des points, leur permettant de partir en retraite plus tôt.

Dans ces arbitrages perce la volonté du gouvernement de protéger le pouvoir d'achat, et alourdir le coût du travail. En contrepartie envers les organisations patronales, Jean-Marc Ayrault annonce une réforme sur le financement de la protection sociale (branche famille), cette fois pour alléger le coût du travail.

Le but de cette réforme est de combler le déficit des régimes de retraite, évalué à 20 milliards d'euros en 2020. D'ici là grâce à ces mesures, le gouvernement compte récupérer 7,3 milliards .

Mais Jean-Marc Ayrault veut aussi rendre le système des retraites "plus clair et plus lisible" pour tous les Français, via plusieurs mesures.

La réforme sera présentée en Conseil des ministres le 18 septembre.

A suivre : France Bleu Midi spéciale retraites , mercredi 28 août à partir de 12H.