Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Revoter ou pas pour départager Copé et Fillon : les militants UMP trancheront

-
Par , France Bleu

"Voulez-vous revoter pour la présidence du parti ?". Cette question sera donc posée aux militants de l'UMP fin juin, et devrait mettre un terme définitif au psychodrame qui avait suivi l'élection de l'automne dernier, durant laquelle Jean-François Copé et François Fillon s'étaient disputés la victoire. Un signe d'apaisement qui ne solutionne pas les problèmes de fond au sein du parti.

Jean-François Copé et François Fillon
Jean-François Copé et François Fillon © Maxppp

Le spectre risqué d'une nouvelle bataille

Officiellement, les militants étaient appelés à voter de nouveau, en septembre, pour élire leur président. Mais l'élection qui a porté Jean-François Copé a la tête de l'UMP, très contestée durant l'automne dernier, a laissé un tel traumatisme que l'hypothèse d'un nouvel affrontement semblait de moins en moins probable. De nombreuses voix au sein du parti s'étaient d'ailleurs élevées, ces dernières semaines, pour souligner le risque de nouvelles divisions en cas de nouveau scrutin.Le président de l'UMP et l'ancien Premier ministre se sont donc rencontrés à l'Assemblée nationale, ce lundi, et ont décidé d'un commun accord d'interroger les militants "dans la dernière semaine de juin". Ces derniers devront dire si oui ou non ils souhaitent revoter, et devront au passage valider les modalités d'organisation de la primaire ouverte de 2016, en vue de la Présidentielle de 2017.

La ligne politique reste confuse

Les deux camps ont acté le fait que Jean-François Copé restera président de l'UMP jusqu'en novembre 2015 si les militants refusent un nouveau vote. Cette hypothèse, plus que probable, démontre que fillonistes et copéistes ont décidé de jouer la carte de l'apaisement, alors que se profilent à l'horizon les échéances électorales de 2014 (municipales et européennes). Cette mise en sourdine de la guerre des chefs permet de surcroît aux deux hommes de se préparer à la primaire. François Fillon a d'ores et déjà prévu de peaufiner son image d'homme d'Etat, avec de nombreux déplacements en France et à l'étranger dans les mois qui viennent, pendant que Jean-François Copé dispose d'une marge de manoeuvre accrue à la tête de l'appareil. Mais politiquement, le problème reste entier, car cette trêve ne permet pas la définition une ligne claire. Elle ne règle pas non plus le problème du leadership évoqué par plusieurs ténors de l'UMP, qui dénoncent une certaine cacophonie et la persistance de nombreuses dissensions internes, comme l'a montré le récent débat autour du mariage pour tous.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess