Rugby - FCG : ne pas gâcher la fête pour Franck Corrihons

France Bleu Isère mardi 15 avril 2014 à 18:08

Franck Corrihons
Franck Corrihons © Archives FCG - J. Robert

Vingt ans qu’il connaît les moindres recoins du Stade Lesdiguières. Samedi, Franck Corrihons va entraîner son dernier match du FCG dans ce stade. Après dix années en tant que joueur, dix autres comme entraîneur, une page se tourne pour ce Grenoblois d’adoption. Un match sous haute tension en vue du maintien qui, il l’espère, ne gâchera pas la fête.

Bayonne, c’est toujours un peu particulier pour moi, j’ai toujours aimé les battre ”, raconte Franck Corrihons. Bonne nouvelle pour les supporters du FCG. Quand on demande à l'entraîneur des rouge et bleu de raconter sa rencontre la plus marquante face à l’Aviron, un souvenir revient à la surface, sur un air de bandas. “Forcément le quart de finale contre eux avec Biarritz ” se souvient Franck Corrihons avec l’accent du Sud Ouest, lui qui vient du village landais de Saint-Martin-de-Seignanx à dix minutes de Bayonne.

"Ça chambre pas mal avant le match de samedi" - Franck Corrihons, entraîneur du FCG

L’ancien Biarrot n’est pas prêt d’oublier cette rencontre. Mai 1991, quart de finale du championnat de France dans un stade de Tarbes en fusion, divisé entre les ciel et blanc de Bayonne et les rouge et blanc de Biarritz, le BO perd d’un point face à l’Aviron à quelques minutes de la fin. C’est le moment que choisit Franck Corrihons, jeune trois quart biarrot de l’époque pour [claquer un drop de 50 mètres](Lien 1: http://www.dailymotion.com/video/xmmp2n_100eme-derby-biarritz-olympique-aviron-bayonnais-retour-sur-1992_sport?start=63), en coin, “ un truc improbable ”, sous les yeux écarquillés du maître : Serge Blanco. “C’est lui qui m’a donné envie de jouer à Biarritz ” raconte t-il , “ alors que j’ai fait toutes mes études à Bayonne, tous mes copains sont de là-bas et sont supporters de l’Aviron, ça chambre d’ailleurs pas mal avant le match de samedi ” sourit celui qui a aussi porté les couleurs du Boucau, un autre rival historique de l’Aviron Bayonnais.Landais d’origine, Franck Corrihons aime revenir à Saint-Martin-de-Seignanx “parce qu’il y a mon école, mon bistrot, je peux aller jouer à la pelote et puis j’aime aller dans le Petit Bayonne parce qu’on y a beaucoup fait la fête ” rigole t-il. Nul doute qu’il donnerait tout pour y fêter le maintien du FCG.

Car si Franck Corrihons a le Sud Ouest dans le sang, c’est à Grenoble qu’il a bâti toute sa carrière, d’abord en tant que joueur puis en tant qu’entraîneur. Il se rappelle ses premiers matches avec le FCG.

Franck Corrihons jeune - Aucun(e)
Franck Corrihons jeune - J. Robert
Franck Corrihons jeune 2 - Aucun(e)
Franck Corrihons jeune 2 - J. Robert
Mais le FCG n’en a pas encore fini avec le garçon. Franck Corrihons a encore de sérieux coups de main à donner au club, alors, c’est presque logiquement qu’il va intégrer la formation grenobloise. “Je vais chapeauter des moins de 15 au moins de 20 ans. C’est la relève, on en a besoin. Je vais essayer d’apporter ma compétence et mon expérience du rugby moderne et m‘occuper du recrutement des jeunes ”. Mais avant cela, il fera tout pour que son équipe batte Bayonne pour se maintenir. Ca tombe bien, il adore ça.

Sylvain Bégon, le compagnon de route

Depuis 1993, Sylvain Bégon et Franck Corrihons régalent les spectateurs du Stade Lesdiguières. D’abord en tant que coéquipiers au sein de l’équipe des “Mammouths” où ils disputent ensemble le match d’accession en Top 14 face à Toulon, leur dernier. Puis en tant que collègues, entraînant successivement les jeunes, puis l’équipe première. Le tandem va vivre son dernier match ensemble à domicile ce samedi contre Bayonne. Les deux amis mettront fin à sept ans de vie commune à la tête du FCG. Forcément, une page se tourne.

Franck Corrihons et Sylvain Bégon - Aucun(e)
Franck Corrihons et Sylvain Bégon - J. Robert

Reportage : Antoine Beneytou et Simon van der Does

Édition : Jean-Luc Mounier