Rugby - FCG : une saison en deux parties

France Bleu Isère lundi 14 avril 2014 à 19:18

Fabien Gengenbacher pris dans la tenaille biarrotte
Fabien Gengenbacher pris dans la tenaille biarrotte © FCG - Jacques Robert

La défaite face à Biarritz lors de la 20e journée reste le symbole du basculement du FCG des phases finales vers la lutte pour le maintien.

25 janvier dernier : après une victoire face à Perpignan (25-19) à Lesdiguières, pour le compte de la 17e journée de Top 14, le FC Grenoble pointe à la quatrième place du classement. Une position qui lui aurait permis, lors des phases finales, de jouer un match de barrage à domicile. Aujourd’hui, les Isérois sont retombés à la 10e place , sans aucune chance d’accrocher les phases finales mais surtout contraints de jouer un match décisif, ce samedi face à Bayonne, en vue de se maintenir dans l’élite du rugby français.Un match, plus que les autres, symbolise la cassure dans la saison du FCG : la défaite à domicile face à Biarritz (20-22) , lors de la 20e journée. Depuis, Grenoble a enchaîné quatre défaites supplémentaires, avec des statistiques qui ont viré au rouge. Dès le match suivant, perdu contre Brive (31-6), Jonathan Best, le troisième ligne grenoblois, lançait un premier avertissement, que peu de monde avait alors pris au sérieux.

Jonathan Best après la défaite face à Brive

Paradoxalement, les Grenoblois marquent plus d’essais en moyenne lors de leur cinq défaites consécutives qu’avant le match contre Biarritz. En revanche, les rouges-et-bleus encaissent un essai de plus par match. Une tendance qui aurait été plus lourde si les Grenoblois n’avaient pas été en terre promise trois fois, samedi, lors de la deuxième mi-temps face à Montpellier au Stade des Alpes.

Avec un différentiel de 10 points entre avant et après la 20e journée, la défense grenobloise a clairement pris l’eau en cette fin de saison. Petite consolation toutefois : avec 25 essais inscrits cette saison, Bayonne est actuellement l’avant-dernière attaque du Top 14. **Reportage : William Lecoq.** **Édition : Jean-Luc Mounier et Benjamin Rieth.**