Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rythmes scolaires : "La réforme est bancale, il faut tout remettre à plat"

-
Par , France Bleu Gironde

L'UMP est passée à l'offensive contre les nouveaux rythmes scolaires réclamant un report de la réforme. En Gironde, les maires de droite dénoncent les difficultés de mise en oeuvre. Même à gauche, le financement pose question.

L'accueil des enfants quatre jours et demi fait polémique
L'accueil des enfants quatre jours et demi fait polémique © Radio France

L'offensive est lancée contre la réforme des rythmes scolaires. Jean-François Copé, le président de l'UMP, appelle les maires qui attendent 2014 à ne pas l'appliquer .Elle coûte trop cher, dit -il : 300 euros par élève alors que le gouvernement parle de 50 euros. Aujourd'hui, l'Association des maires de France demande une remise à plat des modalités de financement de la réforme .

Sur le terrain, les maires UMP mettent en avant la difficulté de mise en place. Yves d'Amécourt, le maire UMP de Sauveterre-de-Guyenne, évoque la nécessité de trouver 42 animateurs sur sa communauté de communes. 

"Si je fais le choix de la gratuité, ça va coûter 50.000 euros par an à la commune de Sauveterre, soit 10% de nos recettes fiscales. Soit on renonce à certains investissements, soit on augmente les impôts. Il faut tout remettre à plat" 

A Saint-Aubin de Médoc, le maire UMP Christohe Duprat est également remonté contre cette réforme. Il estime qu'aucun maire n'est prêt à augmenter les impôts dans sa commune l'année des élections municipales . Et il estime qu'il fallait se donner davantage de temps pour mettre en place cette réforme.

"On voit dans des communes qui ont mis la réforme en place en catastrophe des enfants jouer à la balle au prisonnier. Ce n'est pas une activité péri-éducative"

Un financement qui doit être précisé

Du coté, les élus du Parti Socialiste sont liés par leur obligation de solidarité avec le gouvernement. Mais ils évoquent eux-aussi la difficulté de financement . Philippe Buisson, le maire PS de Libourne, par exemple, travaille à la préparation de la rentrée 2014 puisqu'il fait partie de ceux qui n'ont pas souhaité appliquer tout de suite la réforme. Il reconnait qu'il est nécessaire de continuer à parler de son financement avec l'Etat. 

Philippe Buisson : "Il est clair que cette réforme amène une surcharge financière pour la ville de Libourne"

Philippe Buisson évalue à plus de 100.000 euros le coût de la réforme pour la ville de Libourne.

"La discussion avec l'Etat est utile pour que l'aide versée aux communes qui ont appliqué la réforme dès 2013 soit pérennisée"

Philippe Buisson organisera samedi une réunion à Libourne pour évoquer la mise en place de cette réforme des rythmes scolaires.

CARTE Les communes concernées dès 2013 en Gironde

Naviguez sur la carte et cliquez sur les repères pour découvrir les 72 communes de Gironde qui appliquent la réforme dès 2013.

Yves d'Amécourt : "C'est juste pas possible à mettre en place"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess