Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Rythmes scolaires : Mont-de-Marsan pour une suspension de la réforme

mercredi 2 octobre 2013 à 17:32 France Bleu Gascogne

La grogne des maires contre la réforme des rythmes scolaires gagne du terrain. "Je suis heureuse d'avoir renoncé à mettre en place la réforme en 2013", explique Genevieve Darrieussecq sur France Bleu Gascogne. La maire modem de Mont-de-Marsan souhaite une suspension de la réforme le temps de remettre à plat toute l'organisation de la semaine de quatre jours et demi à l'école.

Un cartable de CE2
Un cartable de CE2 © Radio France - Marion Dubreuil

Selon Geneviève Darrieusecq, la réforme produit aujourd'hui des inégalités d'offres entre communes pour les activités périscolaires, et de la précarité là où elle est appliquée.

Selon la FCPE des Landes, tout n'est pas parfait, mais il est vraiment trop tôt pour tirer un bilan de l'application de la réforme des rythmes scolaires, un mois après sa mise en oeuvre.

Vague de mécontentement

La réforme des rythmes scolaires passe mal - Aucun(e)
La réforme des rythmes scolaires passe mal

François Hollande et les ministres concernés se sont réunis ce mercredi pour faire le point, alors que le mécontement monte et que l'UMP s'est emparé du sujet.

A la mi-journée, le bureau de l'Association des maires de France (AMF) demandait de son côté à l'État "une remise à plat des modalités du financement de la réforme dont le coût ne peut être supporté par les communes ". L'AMF considère aussi que les maires "ont besoin d'un délai suffisant pour conduire la concertation complexe avec les enseignants, les parents, le milieu associatif et, pour les transports scolaires, avec les conseils généraux, pour aboutir à un projet de qualité, dans l'intérêt de l'enfant" .

VOTRE AVIS