Saint-Médard en Forez : la maire stoppe sa grève de la faim contre les rythmes scolaires

Par Léo Tescher, France Bleu Saint-Étienne Loire dimanche 6 juillet 2014 à 15:43

maire de saint medard
maire de saint medard © Radio France - Yves Renaud

Évelyne Flacher a été hospitalisée dans la nuit de samedi à dimanche. Au sixième jour de sa grève de la faim, son état de santé la contraint à arrêter son jeûne de protestation contre la réforme des rythmes scolaires.

C'est samedi 5 juillet en fin d'après-midi qu'Évelyne Flacher a dû être hospitalisée. Au sixième jour de sa grève de la faim, elle avait voulu célébrer le mariage d'un de ses employés communaux qu'elle "affectionne beaucoup" . Pourtant, le matin même, les pompiers étaient passés à son domicile et l'avaient alerté sur son état de santé.

*« J'ai été imprudente »* , admet le maire de Saint-Médard-en-Forez avant d'ajouter : "j'ai fait un malaise hypoglycémique, de l'hypertension (...) Les analyses ont ensuite démontré que j'ai une grosse carence en potassium. Les médecins m'ont fait tout un check up" . Et le résultat tombe : Évelyne Flacher est trop diminuée, son poids est passé de 48 à 44 kg,** elle doit mettre fin à sa grève de la faim. Les médecins la mettent sous perfusion.

« [Au début], j'ai refusée d'être perfusée »

Évelyne Flacher, maire de Saint-Médard-en-Forez.

Flacher BOB 2

Madame Flacher va donc revenir aux affaires, à son bureau de maire de la petit commune de Saint-Médard-en-Forez (1.000 hab.). Mais avant ça, elle doit observer deux semaines de repos forcé. Et suivre un régime pour régler ses problèmes de cœur et d’hypertension causés par sa grève de la faim. Pour autant, ce n'est pas la fin de sa bataille qui devrait continuer par voie juridique.

« On n'ouvrira pas nos écoles ! »

Évelyne Flacher, maire de Saint-Médard-en-Forez.

Flacher BOB 1

Évelyne Flacher promet désormais une rentrée « tumultueuse (...), violente » . Et selon elle, c'est de la «responsabilité du gouvernement qui a choisi cette voie plutôt que celle de la négociation » . Pendant ses six jours de grève de la faim, Évelyne Flacher n'a pas été reçue par Benoît Hamon au ministère de l'Éducation nationale.