Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Le Festival de Loire à Orléans

Sécheresse : les chalandiers inquiets pour le festival de Loire à Orléans

lundi 3 août 2015 à 21:30 Par France Bleu Orléans, France Bleu Orléans

Le niveau de la Loire est historiquement bas. Le fleuve subit le manque de pluie de ces derniers mois et les fortes chaleurs depuis le début de l’été. La situation inquiète les chalandiers, à un mois du festival de Loire à Orléans.

La Loire aujourd'hui et avant la sécheresse à Orléans
La Loire aujourd'hui et avant la sécheresse à Orléans © Radio France - -Stéphane Barbereau

Vous l’avez peut-être constaté en vous promenant : la Loire est extrêmement basse. Les bancs de sable et les pierres des duits sont de plus en plus visibles à Orléans. Le niveau du fleuve est inférieur d'un mètre à sa côte normale. Selon le site vigicrue, le débit du fleuve est descendu à 48 m3/seconde à Orléans. On est même à un niveau rarement atteint. Seules les années 1949 et 2003 ont été pires.

"200 bateaux posés sur le sable, ça ne va pas être très joli !"

Gilbert Goujard est le président des compagnons chalandiers d'Orléans. Et de mémoire, il a rarement vu un tel paysage : "On a toujours notre bassin mais ce que l’on voit derrière c’est la partie petite Loire qui est occupée par des gens. Ils viennent se prélasser au soleil, certains même abordent la partie eau, qui est effectivement une zone dangereuse. En espérant qu’il n’y ait pas d’accident." * C’est donc un problème de sécurité. Mais Gilbert Goujard est surtout inquiet pour le festival de Loire * qui se tient du 23 au 27 septembre : "200 bateaux posés sur du sable, ça ne va pas donner quelque chose de très impressionnant ou très ravissant ! Surtout pour des spectateurs qui veulent monter sur les bateaux de temps en temps. " Pour que le festival se tienne, il faudrait 50 à 80 centimètres de plus dans le fleuve. Les chalandiers comptent donc sur un lâcher de barrage si le niveau reste trop bas.

Capture d'écran du site festivaldeloire.com - Aucun(e)
Capture d'écran du site festivaldeloire.com

Des nappes phréatiques encore suffisantes

Pour autant, il n’y a pas de quoi paniquer car les réserves profondes d'eau dans la région sont encore suffisantes selon Serge Lallier, le directeur adjoint du service eau au BRGM, le bureau de recherches géologiques et minières : "Il faut bien faire la différence entre ce qu’on observe en surface et la situation des nappes phréatiques. Effectivement, nous vivons un état de sécheresse particulier à cause du déficit de pluviométrie que l’on connaît depuis trois mois. Mais ça n’a rien à voir avec l’état des nappes phréatiques. La situation de la nappe de Beauce est normale, mais depuis le mois de mai il n’a pas plu, ou très peu. Les agriculteurs ont donc beaucoup sollicité cette nappe. De toute manière, à cette époque de l’année, toutes les nappes accusent une baisse, après la sortie de l’hiver. Mais ça reste tout à fait normal. "