Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sens : 41 emplois menacés chez le fabricant de croquettes pour animaux ATM

mercredi 29 octobre 2014 à 11:51 Par Isabelle Gaudin, France Bleu Auxerre

Le fabricant de croquettes pour chiens et chats, ATM à Sens, est en redressement judiciaire. Ce mercredi après-midi, le tribunal de commerce d'Angers étudie les trois offres de reprise qui ont été déposées. 41 emplois sont menacés dans l'Yonne. Au moins la moitié des effectifs serait licenciée.

Le fabricant de croquettes pour chiens et chats, ATM à Sens, est en redressement judiciaire
Le fabricant de croquettes pour chiens et chats, ATM à Sens, est en redressement judiciaire © Maxppp

Les 41 salariés de l'usine ATM de Sens retiennent leur souffle. Le fabricant de croquettes pour chiens et chats est en redressement judiciaire. Ce mercredi à 14h, le tribunal de commerce d'Angers étudie les trois offres de reprise qui ont été déposées. La meilleure offre, c'est celle du belge, UPP. Elle prévoit la reprise de 134 employés sur les 217 du groupe. Dans le meilleur des cas, 16 salariés seulement seraient conservés sur le site icaunais selon les délégués du personnel.

Ada Tahri, délégué du personnel chez ATM à Sens, s'inquiète des répercussions de ce plan social sur le bassin d'emploi sénonais.

"C'est une catastrophe pour le bassin d'emploi sénonais, parce qu'il y a aussi les emplois indirects" - Ada Tahri, délégué

"Nous aurions voulu éviter les licenciements"

La direction d'ATM regrette de devoir en arriver aux licenciements. Elle espère qu'un maximum d'emplois seront préservés sur les quatre sites que compte le groupe, dont celui de la zone des Sablons à Sens.

"Nous aurions voulu éviter les licenciements", regrette Nicolas Mijoule, directeur des relations humaines d'ATM

Dans le meilleur des cas, seulement 16 salariés seraient repris chez ATM à Sens