SNCF : la grève reconduite pour 24 heures, François Hollande appelle les cheminots à "arrêter"

Par Marina Cabiten, France Bleu jeudi 12 juin 2014 à 13:36 Mis à jour le vendredi 13 juin 2014 à 12:55

TGV en gare de Marseille Saint-Charles
TGV en gare de Marseille Saint-Charles © MaxPPP

La CGT-Cheminots a annoncé vendredi une reconduction de la grève pour 24 heures. Peu avant, le président de la République avait demandé aux cheminots d"arrêter" ce mouvement.

La grève des cheminots a été reconduite vendredi, pour 24 heures de plus, par la CGT-Cheminots. Le syndicat n'a donc pas suivi l'appel quelques heures avant de François Hollande estimant que ce mouvement contre le projet de réforme ferroviaire devait s'"arrêter". Le président de la République a exprimé en personne cette demande lors du troisième jour de mouvement, et alors que les épreuves du baccalauréat approchent. De son côté, l'Unsa-Cheminots a annoncé la levée de son préavis de grève pour mardi.

Les prévisions annoncées jeudi soir pour la journée de vendredi ont été confirmées en début de matinée par la direction de la SNCF, qui constate toutefois une circulation "sensiblement améliorée ". 

Grève : les prévisions pour vendredi - Aucun(e)
Grève : les prévisions pour vendredi
Pour les prévisions de trafic détaillées, consultez : - Infolignes - TER

"Une autre réforme"  

La CGT et SUD-Rail appellent à un rassemblement près du ministère des Transports, à Paris, et à des initiatives partout en France pour imposer "une autre réforme" . La CGT-cheminots "exige la réécriture totale du projet de loi sur la base de la plateforme unitaire CGT, Unsa, SUD-Rail ce qui implique une modification du calendrier et un report des débats parlementaires prévus à partir du 17 juin" , a ajouté le syndicat.

Jeudi soir, alors que le secrétaire d'Etat aux Transports Frédéric Cuvillier évoquait une "avancée sensible " des négociations, les syndicats n'ont pas semblé du même avis : la CGT-Cheminots et SUD-Rail ont appelé à "poursuivre et amplifier le mouvement ". La poursuite de la grève pour le week-end "se jouera vendredi matin, entre 10h et 11h ", a déclaré Gilbert Garrel de la CGT. 

Portes qui claquent au ministère

Le secrétaire d'Etat aux Transports, Frédéric Cuvillier, a entamé mercredi soir des discussions avec les syndicats opposés à la réforme et avec la CFDT qui soutient le texte. Jeudi matin, SUD-Rail a claqué la porte, reprochant à M. Cuvillier de "refuser de négocier" . Invité ce vendredi matin sur France Info, le secrétaire d'Etat assure que "[sa] porte est ouverte aux syndicats " mais s'est montré ferme :

"En France, c'est le Parlement qui fait la loi. Aucun groupe parlementaire n'a demandé le report du débat". — Frédéric Cuvillier, secrétaire d'Etat aux Transports

Les discussions s'annoncent "longues" , selon Marc Baucher, représentant de l'Unsa, joint pendant une "interruption de séance" à la mi-journée. "On attend un nouveau document du ministère, de nouvelles propositions. On veut qu'il y ait des engagements formalisés" . Dans le premier document remis en début de matinée, "il manque notamment des engagements sur le traitement de la dette, le financement de la réforme" , a-t-il estimé.

La grève, entamée mardi soir, est reconductible par périodes de 24 heures.Côté trafic, après d'importantes perturbations mercredi, la SNCF a fait état d'une "amélioration" jeudi avec notamment 1 TGV sur 2 en moyenne sur les axes Nord et Atlantique. L'Ile-de-France demeurait le point noir.

Partager sur :