Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

"On a besoin d'encouragements !", l'entraîneur de l'OLB se confie sur les sifflets entendus contre Cholet

-
Par , France Bleu Orléans

Germain Castano dénonce les sifflets entendus au palais des sports d'Orléans lors de la défaite (80-83) contre Cholet.

L'entraîneur de l'OLB ne comprend pas une partie du public qui s'est mise à siffler son équipe samedi soir.
L'entraîneur de l'OLB ne comprend pas une partie du public qui s'est mise à siffler son équipe samedi soir. © Maxppp - Celik Erkul

Orléans, France

Après la défaite frustrante (80-83) contre Cholet, lors de la 7e journée de Jeep Elite, Germain Castano a pointé le manque d'adresse de ses joueurs au lancer-franc (17/35). 18 tirs ratés ! "Du jamais vu", concède-t-il. 

Le coach de l'Orléans Loiret Basket trouve un début d'explication dans la réaction du public, agacé par cette maladresse. "Je sais que notre public est exigeant", commence Germain Castano, mais selon lui "quand les joueurs ratent des lancers-francs, ils ont besoin d'encouragements". C'est tout le contraire qui s'est passé samedi soir au palais des sports, des sifflets ont même été entendus !

Ça commençait à devenir une sinistrose. Les joueurs ne voulaient plus aller tirer les lancer-francs parce qu'ils savaient que le public allait râler. 

Certes, Germain Castano reconnaît que les supporters "ont le droit" de siffler.Il trouve cela "dommage", encore plus à domicile où ses joueurs ont selon lui "besoin d'encouragements". En conférence de presse d'après-match, l'entraîneur orléanais confie : "je vous le dis parce que je sais que les joueurs sentent ce genre de vibrations dans la salle". Son message passera-t-il auprès du public ? Réponse dès mardi 5 novembre avec la réception de Levallois-Boulogne, en 16e de finale de la Coupe de France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu