Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Basket : Feurs sur un fil pour espérer jouer en Nationale 1

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Sportivement, Feurs a décroché sa place en Nationale 1 la saison prochaine. Administrativement c'est une autre histoire, financière surtout avec un budget qu'il faut quasiment parvenir à doubler. Un financement participatif débute aujourd'hui pour tenter de combler les trous.

Julien Cortey, le coach qui a permis à Feurs de décrocher sa place en N1.
Julien Cortey, le coach qui a permis à Feurs de décrocher sa place en N1. © Maxppp - Celik Erkul

Feurs, France

Journée crucial pour le club de basket de Feurs. Après avoir terminé vice-champion de France de Nationale 2, le club a gagné le droit sportivement de monter en Nationale, l'équivalent de la 3e division. Mais avant de se lancer véritablement dans la division supérieure, il faut valider les comptes et le budget du club. Il passe ce mercredi après-midi devant  la Fédération Française de basket pour un contrôle de gestion. 

180 000 euros de budget en plus, 80 000 encore à trouver

En Nationale 1, tout ou presque va changer puisque les clubs deviennent professionnels avec forcément un budget en hausse. Pour Feurs, il faut passer de 270 000 euros à environ 450 000 pour payer les joueurs, les déplacements. L'engagement dans le championnat auprès de la Fédération va même augmenter de 30 000 euros la saison prochaine.  Situation compliquée pour les basketteurs de Feurs à qui il manque aujourd'hui 80 000 euros pour boucler le budget. Ils espèrent apporter 30 000 euros supplémentaires à travers une campagne de crowdfunding, du financement participatif, sur la plateforme KissKissBankBank. La situation est périlleuse pour le président du club Eric Sardin qui espère qu'on laissera du temps à son club de boucler le budget au delà de la réunion prévue à la Fédération : "On ne sait pas comment on va être mangés et on part un peu la boule au ventre parcequ'on est attendus par 8 personnes qui vont nous poser toutes les questions...  Pour rassurer, on a déjà 75% de nos recettes prévues qui sont réelles. J'espère qu'avec ça ils vont nous laisser un peu de temps pour travailler. On ne sait pas comment ça se passe comme c'est la première fois qu'on y va. S'ils nous rejettent on fera appel de toute façon. Je veux y arriver, le club veut y arriver et on va y arriver."

L'aide des collectivités primordiales

Les collectivités sont forcément cruciales pour boucler ce budget. En Nationale 1, le Conseil départemental donnait jusque là 85 000 euros mais, mauvaise nouvelle, la dotation pourrait baisser de 15 000 euros. Quant à la ville, elle s'engage matériellement en rénovant les paniers et le tableau d'affichage pour au moins 20 000 euros. Et le maire de Feurs, Jean-Pierre Taite, imagine même une subvention exceptionnelle : "Je n'irai pas jusqu'à une subvention de 80 000 euros. Le président le sait, on en a parlé. J'ai une hauteur de subvention de 93 000 euros et on pourrait passer à 120 000 pour une année exceptionnelle. Mais je souhaite qu'ils aillent chercher des partenaires qui peuvent profiter de la défiscalisation. Moi je les accompagne et le président va partir avec un courrier signé de ma main avec des engagements de notre municipalité. La fédération doit soutenir ces clubs-là et ne pas penser qu'il n'y a que les grands clubs qui font vivre le basket. Si on n'a pas des villes comme la nôtre, le basket ne vivra pas." 

Le rendez-vous de Feurs devant la Fédération est prévu à 15h15 ce mercredi après-midi. 

Choix de la station

France Bleu