Basket – Handball – Volley

BASKET | JDA Dijon : "Borg ne se met plus en colère, quelque chose ne va pas ou il prend des calmants"

Par Philippe Renaud, France Bleu Bourgogne mardi 24 mars 2015 à 19:49

Ballon de basket (illustration)
Ballon de basket (illustration) © Piotr Sh/Fotolia

Sept défaites de suite, voilà le constat terrible pour la JDA après le nouveau revers sur le parquet de Villeurbanne lundi soir pour le compte de la 25e journée de Pro A. Les Dijonnais se retrouvent même 8e du classement. Entre rumeurs de départs et tensions dans le vestiaire, la Jeanne va mal. Le président de la JDA Michel Renault s'explique.

Après sept défaites consécutives, les Dijonnais ne sont plus qu'à la 8e place du classement. Que s'est-il passé lors de ces deux derniers mois, après un si bon début de saison ? Extraits choisis de l'entretien avec Michel Renault, président de la JDA.

France Bleu Bourgogne : On remarque depuis environ deux mois un manque d'implication, notamment en défense de la par des joueurs, comment l'expliquer ?

Michel Renault : "Il ne faut pas remettre toutes les fautes sur les joueurs. Il ne faut quand même pas oublier que c'est Jean-Louis Borg qui doit préparer son équipe, c'est son rôle quand même. Il ne se met plus en colère sur le banc, il y a quelque chose qui ne va pas, ou alors il prend des calmants."

FBB : Certains membres des Burgond Furies (groupe de supporters officiel) parlent d'une fracture dans le vestiaire entre les Français et les Américains. Qu'en est-il ?

M.R : "Le problème, c'est que le 21 février à la fin du match perdu contre Strasbourg, Jean-Louis Borg a déclaré au journal L’Équipe qu'il ne voulait plus être à la JDA l'année prochaine. Ce n'était pas bien venu, et ça a été mal pris par les joueurs. J'ai rendez-vous avec son agent et lui lundi (30 mars) en fin de matinée parce qu'on ne peut pas continuer comme ça. Il dit à tout le monde qu'il est libre alors que ce n'est pas vrai, il a un contrat jusqu'en juin 2016. Il nous doit son contrat ou même si on fait un petit effort, il nous doit financièrement parlant, une certaine somme. Il faudra bien que le club qui va le reprendre nous paie. C'est tout."

Partager sur :