Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Basket - JeepELITE (J34) : Le directeur sportif du Limoges CSP Olivier Bourgain veut "faire taire les langues de putes"

lundi 14 mai 2018 à 17:03 Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin

Le Limoges CSP peut terminer 4e de la saison régulière à l'issue de la 34e journée de JeepELITE ce mardi. Un bon moyen de répondre aux détracteurs selon le directeur sportif pour qui la saison est d'ores et déjà une réussite. Ce qui ne l'empêche pas d'être ambitieux pour la suite. Interview.

L'ancien manager de Boulogne sur Mer aujourd'hui directeur sportif du Limoges CSP Olivier Bourgain (photo d'illustration)
L'ancien manager de Boulogne sur Mer aujourd'hui directeur sportif du Limoges CSP Olivier Bourgain (photo d'illustration) © Maxppp - Laurent Thevenot

Limoges, France

Le Limoges CSP, déjà assuré de participer aux playoffs de la JeepELITE, peut terminer la saison régulière en beauté ce mardi soir (20h45) à Beaublanc. Si les joueurs de Kyle Milling s’imposent face à Nanterre et que Dijon s'incline à Strasbourg, les Limougeauds termineraient 4e et auraient l'avantage du terrain en quart de finale des playoffs. C'est désormais l'objectif pour finir au mieux cette saison qui restera marquée par le décès du président du club Frédéric Forte, au soir du 31 décembre. Une saison à part pour son ami et aujourd'hui directeur sportif du Limoges CSP, Olivier Bourgain. Interview.

France Bleu Limousin : Comment vivez-vous cette qualification du Limoges CSP pour les playoffs ?

Olivier Bourgain : Très bien ! On est venu pour faire un travail et le travail a été fait. Toutes les saisons sont compliquées mais celle là restera comme la plus compliquée du reste de ma vie. Mais pour beaucoup de monde aussi. On s'en est sorti. Malgré tout ce qui s'est passé, on a réussi à garder le cap. Malgré les turbulences, qui aujourd'hui sont derrière nous, mais qui ont été très fortes. Mais le cap est resté le même. C'est à dire qualification pour le Top 16 de l'Eurocup et pour les playoffs de JeepELITE. Maintenant, faire les playoffs en terminant 4e ou 8e, il y a une différence. Donc on va tout faire pour battre Nanterre, pour finir 4e. Notre saison serait alors excellente.

Il n'y a pas eu de fuite en avant

Avec toutes ces défaites à l’extérieur, avez-vous eu des périodes de doute ?

Evidemment qu'il y a eu une période de doute. Mais on n'a jamais baissé pavillon. Et on ne s'est jamais démobilisé. Le côté humain de l'équipe, sa force mentale, malgré que l'on perde souvent à l’extérieur, elle est importante. Elle est importante parce qu’au moment où il a fallu se relever, on s'est relevé ! Alors que l'on avait mille et une excuses pour ne pas le faire. Une saison est longue. Il y a forcément des hauts et des bas. On ne voit pas la qualité d’une équipe quand elle est en haut mais quand elle est en bas. Quand ça critique et que ça parle mal et que subitement, on devient des merdes. Là, on voit que l'équipe est restée soudée. Il n'y a pas eu de fuite en avant des uns et des autres. Les coaches ont toujours contrôlé les choses, le management aussi. On savait très bien où on allait et on va essayer de le prouver et faire taire les langues de putes en finissant 4e.

Souvent, c'est l'équipe la plus en forme, dans la meilleure dynamique, qui va loin en playoffs. Là, on voit enfin tous les joueurs du CSP jouer à leur niveau en même temps. Sauf Danny Gibson et Josh Carter. C'est là qu'est la marge de progression ?

Aujourd'hui, c'est le collectif qui m’importe. Individuellement, il y a des joueurs qui sont en difficulté mais on le sait. On le voit. Ça ne sert à rien d'en parler. C'est à eux de travailler plus pour se mettre au niveau de l'équipe. Aujourd'hui, on a une équipe équilibrée avec deux bons pivots. Samardo Samuels nous fait beaucoup de bien. Dans les stats, ce n'est pas Jordan mais mais il a vraiment un gros impact. Et avec Mam Jaiteh, on en a toujours un sur le terrain. Il n'y a pas beaucoup d'équipes en France qui ont deux pivots de ce niveau là. C'est quelque chose de redoutable et redouté. En plus, cela libère des shooters comme William Howard ou Kenny Hayes. Kenny qui fait une très bonne saison et une super fin de saison. Plus Drew Joyce qui met quelques paniers. On est bien. En plus, les joueurs s'entendent bien. C'est du pur bonheur. 

Notre priorité, c'est l'Eurocup 

Maintenant, il y a une revanche à prendre face à Nanterre...

A la Leader's Cup, il y a des comportements qui m'ont un peu énervé. On va essayer de rendre la monnaie de notre pièce. Je n'ai aucune animosité contre eux, loin de là. Je respecte Nanterre qui est un bon club de la JeepELITE mais on sait très bien que si on les bat et que Strasbourg fait le boulot contre Dijon, on sera 4e et cela changerait beaucoup de choses. Quand on connaît l'impact de Beaublanc, l'avantage du terrain en cas de belle n'est pas anodin. Si on arrive a finir 4e, je féliciterais tout le club, parce que ce n'était pas gagné d'avance avec une équipe et un staff en reconstruction. Après, il n'y a pas beaucoup de joueurs qui peuvent se targuer d'avoir un titre de Champion de France dans ce groupe. A un moment donné, quand on peut prolonger de 3 ou 4 semaines l’expérience Beaublanc avant de partir en vacances, il faut aller le plus loin possible. Ceux qui pensent qu'avec la 4e place, notre saison serait faite, c'est qu'ils se trompent sur la qualité humaine des dirigeants et des joueurs, qui sont des battants et des guerriers. 

Avez vous des contacts ou des propositions en vue de la prochaine saison en ce qui concerne la coupe d'Europe ?

Oui. Manuel Diaz et Youri Verieras ont été reçus par les organisateurs de l'Euroleague et de l'Eurocup à Barcelone. Je ne peux rien dire de plus, mais notre dossier est béton. On nous aime plutôt bien du côté de l'Euroleague. A partir du moment où on nous a invité en terminant 12e la saison dernière, et qu'ensuite, on va au Top 16 de l'Eurocup et on termine le championnat 4, 5 ou 6e, il n'y a pas de raison que l'on ne soit pas de nouveau invité. Ou alors en se qualifiant sportivement ce qui serait encore mieux. La BCL, c'est quelque chose d'important, mais pour nous, la priorité c'est l'Eurocup.