Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Basket : l'Etoile de Charleville-Mézières demande une conciliation pour éviter la relégation

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Relégué en Ligue régionale par la Fédération française de basket, l'Etoile de Charleville-Mézières va saisir le Comité national olympique et sportif afin de continuer à défendre son maintien en Nationale 1.

L'Etoile de Charleville-Mézières défend sa position
L'Etoile de Charleville-Mézières défend sa position © Radio France - Karen Kubena (PHOTOPQR/L'UNION DE REIMS/MAXPPP)

Charleville-Mézières, France

Après avoir obtenu son maintien en Nationale 1 sur le parquet, le club de basket de l'Etoile de Charleville-Mézières se bat pour l'obtenir administrativement et demande une conciliation devant le Comité national Olympique et Sportif

Vendredi 5 juillet, la chambre d'appel de la Fédération française de basket a confirmé sa décision initiale de rétrograder les basketteurs carolomacériens en Ligue régionale, le budget présenté par l'Etoile de Charleville-Mézières n'apportant pas de garanties suffisantes.

Le club traîne une dette de 300 000 euros. Malgré le licenciement de 3 salariés en 2018, l'Etoile referme sa saison sur un nouvel exercice déficitaire

Une dette de 300 000 euros 

Pour le président Luc Torres, il faudrait "2 ans, 2 ans et demi pour rembourser la dette". Trop long, estiment les instances fédérales. "Si nous sommes relégués en Ligue régionale, on sera incapable de combler la dette", redoute Luc Torres. "Le club ne pourra pas s'en relever"

Le président de l'Etoile de Charleville-Mézières reste confiant. "Notre budget nous permet d'avoir les moyens de rentrer dans les clous du règlement", assure Luc Torres. Si la Fédération française de basket ne s'en convainc pas lors de la conciliation, le club envisage de saisir le tribunal administratif