Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Basket - Landerneau ne jouera pas les play-offs : "L'objectif minimal n'est pas atteint"

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Landerneau ne disputera pas les play-offs de Ligue Féminine de Basket après sa défaite à Tarbes, ce mercredi, lors de l'avant dernière journée de la phase régulière. En partance du club pour Montpellier après huit ans comme entraîneur, Stéphane Leite dresse le bilan d'une saison sportive ratée.

A la tête du LBB depuis 2013, Stéphane Leite va quitter le club à l'issue d'une saison ratée
A la tête du LBB depuis 2013, Stéphane Leite va quitter le club à l'issue d'une saison ratée © Maxppp - Ketty Beyondas / Photopqr / Le Journal de Saone et Loire

La saison est ratée pour le Landerneau Bretagne Basket. La défaite des basketteuses du LBB à Tarbes, ce mercredi soir, a sonné la fin de leurs ambitions sportives en Ligue Féminine alors qu'il reste un match à jouer samedi à Lattes-Montpellier. Le LBB terminera quoiqu'il arrive au delà de la 8e place et ne jouera pas les play-offs. Il n'est pas inquiété non plus par la 12e place synonyme de relégation directe cette année, en l'absence de play-downs à cause de la crise sanitaire.

La moins bonne saison du LBB depuis sept ans

"L'état d'esprit, pour moi, c'est beaucoup de déception. C'est un objectif qui n'est pas rempli" ne peut que constater Stéphane Leite, l'entraîneur du LBB, "les plays-offs, c'était l'objectif minimal. Pour moi, c'était aussi important de partir en laissant quelque chose de bien. Mais, surtout, c'était quelque chose qui était plus qu'envisageable au vu de notre première partie de saison. On était à 6 victoires pour 4 défaites au moment de la trêve de Noël, dans notre ordre de marche. Au final, on s'écroule à partir du mois de janvier" laissant le technicien froid dans son analyse. "C'est la moins bonne saison du LBB depuis sept ans".

Covid, effectif, départs, Eurocoupe

Plusieurs motifs d'explications à ses yeux. "L'aspect covid rend les choses plus difficiles, le départ de Bridget Carlton qui nous permettait d'avoir un bel équilibre dans l'équipe, et qui a été un peu moins respecté avec l'arrivée d'Alena Hanusova. Il y a eu les annonces tôt de départs. Tous ces faits en chaine ont fait que ca a été plus compliqué". Stéphane Leite évoque aussi l'Eurocoupe.

Le LBB, pour sa première campagne européenne dans son histoire, y a paradoxalement laissé des plumes après avoir pourtant accueilli les matchs de sa poule. "On avait beaucoup d'espoirs, vraiment beaucoup d'espoirs sur le fait de passer le premier tour. Ca a commencé à mettre des doutes dans les têtes". La spirale de défaites a suivi après une défaite en prolongations face à Tarbes. "Il y a eu l'incapacité de passer un cap, de parfois s'investir comme il le faut pour pouvoir aller chercher des victoires".

Aujourd'hui, tout est trop amer pour moi

Promu en 2018, est-ce un coup d'arrêt dans le développement du club ? "Non, pas du tout. C'est la première saison en quelques années où ça se passe moins bien. Il ne faut pas croire qu'une structure ne puisse faire qu'évoluer. Parfois, il y a des coups de moins bien et on voit les structures fortes dans leur capacité à se relever, à la résilience dont elles peuvent faire preuve. Et je ne suis pas inquiet par rapport à ça" continue Stéphane Leite, dont son assistant coach, Wani Muganguzi, va lui succéder sur le banc landernéen.

Lui va voguer vers un nouvel horizon, quel regard porte-t-il sur ce qui a été accompli depuis 2013 ? "J'aurais pu dire, si on s'était qualifié, j'aurai parlé de fierté. Aujourd'hui, tout est trop amer pour moi. Dans quelques temps, je pourrai mesurer. Aujourd'hui, je suis plutôt dans un sentiment de tristesse de ne pas laisser un club à la place où il doit être. Je sais que de belles choses ont été accomplies. Le LBB est respecté en terme de basket sur tout le territoire, je pense y avoir participé un petit peu. Mais, aujourd'hui, il y a de l'amertume".

Un sentiment de tristesse de ne pas laisser un club à la place où il doit être

Pour le LBB et Stéphane Leite, il reste un match à jouer ce samedi à Lattes-Montpellier chez un adversaire qui sera son club dans les semaines à venir. Est-ce que ce rendez-vous a une résonance particulière ? "Non, non, pas du tout. C'est un match, c'est le club que je vais rejoindre. Mais ça n'a pas d'impact sur ma façon d'appréhender ce dernier match".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess