Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Basket - Limoges CSP : Stéphane Ostrowski sort de sa réserve et passe à l'attaque

lundi 10 décembre 2018 à 22:04 Par Jérôme Ostermann et Jérôme Edant, France Bleu Limousin

Stéphane Ostrowski, ancien joueur et aujourd'hui dirigeant au Limoges CSP, a décidé de sortir de son silence en ce qui concerne la gouvernance du club remise en cause ces derniers jours par Céline Forte. Il s'estime mis à l'écart par les autres membres du directoire.

Stéphane Ostrowski, dernier garant historique du club, se sent mis à l'écart au sein de la nouvelle direction
Stéphane Ostrowski, dernier garant historique du club, se sent mis à l'écart au sein de la nouvelle direction © Maxppp - Jérôme Fouquet

limoges

La crise de gouvernance se poursuit au Limoges CSP. Après l’offensive de Céline Forte qui souhaite remettre la main sur le club, l'ancien joueur et aujourd'hui membre du directoire Stéphane Ostrowski, sort du bois. Dernier garant historique du club après le décès du président Frédéric Forte il y a près d'un an, il se sent mis à l'écart et déplore l'attitude du club lors des derniers mois. Lui aussi passe à l'attaque.

France Bleu Limousin : Quel est le problème avec le fonctionnement du directoire au Limoges CSP ?

Stéphane Ostrowski : Le directoire ne fonctionne pas comme il le devrait. Le conseil de surveillance du Limoges CSP a nommé 3 personnes au directoire. Youri Verieiras, Manuel Diaz et moi-même. Aujourd'hui, force est de constater que la direction est entre les mains de seulement 2 personnes : Youri Verieiras et son conseiller spécial (Manuel Diaz).  

Êtes-vous écarté des décisions ?

Oui ! Je le déplore depuis un certain temps déjà. Je suis écarté. Je suis exclu de toutes les décisions. Il n'y a aucune concertation avant de prendre des décisions, de la plus modeste à la plus importante. Je considère que ce n'est pas le fonctionnement normal d'un directoire. Et ce n'est pas le traitement que l'on doit réserver à un dirigeant qui a aussi des responsabilités lorsqu’une décision importante est prise au sein d'une société. 

Comment peut-on mépriser à ce point le supporteurs ?

Vous en êtes vous plaint en interne ? Avez-vous essayé de changer les choses ? 

Bien sûr ! Je m'en suis d'abord ouvert par la voie normale pour qu'une discussion puisse s'engager et que les choses redeviennent plus normales. Devant la persévérance et le fait d'avoir face à moi des gens qui restaient sourds et aveugles à mes arguments, qui s'avèrent être plutôt valables par rapport aux éléments que je mettais en avant, j'ai du le faire ensuite par la voix d'un avocat. 

Quel est l'objectif de cette "manœuvre" selon vous ? 

Vous savez, je travaille pour le club depuis 18 ans. J'ai eu une période de joueur pendant 7 ans, et cela fait maintenant 11 ans que je suis au club comme dirigeant. Les gens qui me connaissent savent comment je travaille. J'ai toujours œuvré pour le bien et les intérêts du club. Aujourd'hui, les décisions qui sont prises ne vont pas dans le sens de l’intérêt du club. C'est ce que je dénonce. D'autre part, j'ai voulu évoquer des problématiques importantes sur l'actualité du club et pour son avenir. Il y a une communication désastreuse. Comment peut-on accepter de traiter notre public, qui représente l'âme du Limoges CSP, qui a toujours suivi l'équipe peu importe les résultats, les victoires et les défaites ? Comment peut-on les mépriser à ce point ? Et pour les partenaires, c'est le même principe. Ils se sentent méprisés et délaissés. Il y a un manque de considération. A plusieurs reprises, j'ai alerté la direction du club pour que cela ne se renouvelle pas. 

Il faut absolument que le club revienne à la raison

Si rien ne change, cela peut-il être néfaste pour le club ?

Bien évidemment. Il faut absolument que le club revienne à la raison. Il faut absolument que des décisions soient prises pour recréer ce lien avec tous ceux qui aiment et soutiennent le club. On n'est pas une entreprise du CAC 40. On est un club sportif qui à Limoges, doit justement valoriser sa proximité avec les gens. Au basket, les sportifs sont des gens accessibles. On n'est pas le PSG ! Il faut qu'on reste humble. Il faut qu'on ai des ambitions, mais il faut qu'on conserve les valeurs morales qui ont toujours fait la force du Limoges CSP. 

Est-ce qu'une amélioration de la gouvernance passe par la volonté affichée de Céline Forte de faire valoir certains de ses droits au sein de cette gouvernance ?

Céline Forte mène son combat pour faire valoir ses droits oui, tout à fait. Les statuts... On ne peut pas interpréter ou commenter sur autre chose que des éléments factuels. Céline Forte met en avant des éléments qui lui font dire, elle et ses conseils, qu'elle est dans son droit, en estimant qu'elle doit redevenir actionnaire majoritaire du club. Ce n'est pas à moi de dire qui a la majorité du club, ce sont les éléments factuels et les éléments juridiques des statuts. 

Vous comprenez sa démarche ?

Il faut quand même se rappeler qu'elle est à l'origine de la reprise du club avec Frédéric Forte avec qui elle a été mariée pendant 30 ans, avec qui elle a eu 3 enfants. On ne peut pas nier son implication pour que le club retrouve le niveau où il est aujourd'hui. C'est quelque chose d'incontestable.