Sports

Boris Diaw : "Fier que le basket altruiste ait gagné"

Par Arnaud Carré, France Bleu Gironde lundi 16 juin 2014 à 10:38

Les Spurs ont nettement dominé Miami, le double tenant du titre.
Les Spurs ont nettement dominé Miami, le double tenant du titre. © MaxPP

Le Bordelais a remporté avec San Antonio son premier titre NBA. Deuxième Français des Spurs après Tony Parker à décrocher la fameuse bague, l'enfant de Pessac a joué un rôle décisif dans des playoffs où le collectif texan a tout emporté.

La finale NBA ne sera pas allée plus loin que le match #5. La faute à des Spurs qui ont déboulonné la statut Heat en s'imposant deux fois coup sur coup à Miami.

Cette nuit, San Antonio n'a pas manqué l'occasion de finir le travail avec une victoire (104-87) qui lui offre un titre que ses supporters attendaient depuis sept ans.

C'est le quatrième pour Tony Parker mais le premier pour Boris Diaw qui a réalisé des playoffs de haut vol. Autant il avait été discret lors de la finale l'an dernier, autant il a cette fois pesé au point d'entrer dans le cinq majeur lors des trois derniers matches.

Boris Diaw est allé crescendo dans ses playoffs. - Maxppp
Boris Diaw est allé crescendo dans ses playoffs. © Maxppp
6,2 points, 8,6 rebonds, 5,8 passes : ses stats en finale montrent à quel point le capitaine de l'équipe de France a été un pion essentiel dans une équipe dont le collectif lui ressemble beaucoup.

Face aux individualités du Heat, les Spurs ont récité une partition sans fausse note et Boris Diaw a su d'autant mieux la lire qu'il l'a toujours eu dans la peau .

Boris Diaw : "La différence, c'est qu'on a joué en équipe"

Neuf mois après un titre européen, le Bordelais décroche le Graal. De quoi s'autoriser des vacances plus que méritées ? Non. Boris Diaw, au contraire de Tony Parker, a décidé de participer à la prochaine coupe du monde en septembre. Au service du collectif, une fois de plus.

Boris Diaw et ses coéquipiers attendant la délivrance. - Maxppp
Boris Diaw et ses coéquipiers attendant la délivrance. © Maxppp

Boris Diaw : "C'est la guerre pour l'avoir"

Partager sur :