Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : le confinement sera prolongé au-delà du 15 avril, Emmanuel Macron s’exprimera lundi soir

Brest Bretagne Handball : Cléopâtre Darleux de retour après son accouchement

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Elle est revenue la semaine dernière sur le terrain : la gardienne du Brest Bretagne Handball, Cléopâtre Darleux, a repris la compétition après dix mois d'arrêt en raison d'une grossesse. Un retour en forme, avec la volonté d'assurer en club comme en équipe de France.

Cléopâtre Darleux a repris la compétition la semaine dernière avec le Brest Bretagne Handball
Cléopâtre Darleux a repris la compétition la semaine dernière avec le Brest Bretagne Handball © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Elle est de retour dans les cages du Brest Bretagne Handball depuis le 18 février : la gardienne Cléopâtre Darleux a repris la compétition après un arrêt de dix mois en raison de sa maternité. Elle a donné naissance à une petite fille début novembre, mais a repris l'entrainement avec son club dès janvier. La joueuse l'assure : "je me sens en forme, je voulais jouer, tous les feux étaient au vert donc pas de raison !".

Un retour en compétition trois mois et demi après l'accouchement, c'est rapide non ?

"On n'a pas beaucoup de comparaisons, il n'y a pas énormément de joueuses qui ont eu cette expérience là. On a discuté avec certaines de la préparation, ce qu'on peut faire ou non pendant la grossesse. Je me trouve bien en forme pour ma reprise. C'est bien de connaître des petites astuces : _j'ai continué le sport presque jusqu'à l'accouchement, à intensité plus ou moins élevée_, et j'ai été accompagnée au niveau du régime alimentaire. Deux semaines après l'accouchement, j'ai repris l'aérobie, la marche rapide et le vélo elliptique à faible intensité, avant de me remettre à la course un mois après. On y est allé étape par étape avec mon préparateur physique : je me suis d'abord entraînée avec l'équipe 2 et les filles du centre de formation."

Contre Györ dimanche dernier, en Ligue des Champions, vous affichiez déjà un niveau assez incroyable pour un retour !

"C'était exceptionnel, mais j'avoue que je n'étais pas en totale confiance en entrant ! J'avais envie de jouer. Je me sens hyper bien physiquement. J'ai essayé de perdre du poids le plus vite possible, car c'est quand même ce qui marque la grossesse !  Mais le jeu ne se perd pas, c'est comme le vélo. _J'ai vite retrouvé les sensations, c'est plus physiquement qu'il faut être prête_. Pour le premier match contre Celles-sur-Belle, l'aspect psychologique était important. Je n'avais plus l'habitude : à 20h30, d'habitude, je couchais ma fille ! Je suis très contente du niveau que j'ai retrouvé même si je ne suis pas encore à 100%."

Est-ce que le calendrier chargé complique les choses ? 

"Non, pas du tout ! Je me sens bien avec les deux matchs en une semaine. Au contraire, plus il y a de matchs, plus il y a de matière à travailler."

Après une période de "creux", comment vous positionnez-vous par rapport à l'équipe de France ? 

"Je suis candidate en tout cas ! Mon objectif, c'était d'être prête pour le stage de fin mars, et emmagasiner un maximum sur les derniers mois de la saison. Déjà faire des performances en club, et à moyen terme j'ai les Jeux Olympiques en ligne de mire. Je n'ai pas encore fini ma reprise en main, je suis encore en phase de progression physiquement, et les Jeux m'aident dans ma motivation. _Ça m'a vachement boostée pour ma reprise_."

A Brest, il a fallu se replacer dans le collectif...

"C'est un effectif nouveau, il y a eu beaucoup de départs. Cet effectif a déjà vécu des choses au début de saison, où je n'étais pas présente, donc les joueuses ont déjà écrit une petite histoire ensemble. Ça se passe très bien, mais _j'arrive tranquillement sans vouloir tout chambouler_. Je suis là pour apporter un plus à l'équipe."

Est-ce qu'être maman change le quotidien en tant qu'handballeuse ?

"C'est clair, ça n'a rien à voir ! On est très centré sur soi en tant que sportif : là ce n'est plus du tout le cas. Je me régale en étant maman, ma fille est adorable et elle dort. Ce qui va être dur ce sont les déplacements, plus pour moi que pour elle ! Je relativise aussi sur le terrain. J'étais très stressée pour la reprise avec la peur de jouer, mais pour le deuxième match contre Györ je n'avais plus ça, car j'ai aussi d'autres responsabilités à côté. _Ça n'enlève pas la combativité sur le terrain ni l'envie de gagner_."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu