Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley DOSSIER : La saison 2017-2018 des handballeuses de l'ESBF à Besançon

Handball féminin : Brest-ESBF (33-21) : voyage au bout de l'enfer

jeudi 17 mai 2018 à 9:05 Par Florian Cazzola, France Bleu Besançon

Dans une demi-finale retour archi-dominée par les Brestoises, les handballeuses de l'ESBF n'ont jamais réussi à mettre en place le jeu qu'elles avaient développé à l'aller (défaite 33-21). Et comme si cela ne suffisait pas, leur avion du retour a été détourné à Lyon à cause du brouillard.

La pivot brestoise, Sladjana Pop-Lazic a fait très mal à son ancienne équipe, ce mercredi soir, en demi-finale retour des play-offs.
La pivot brestoise, Sladjana Pop-Lazic a fait très mal à son ancienne équipe, ce mercredi soir, en demi-finale retour des play-offs. © Maxppp - Nicolas Créach

Brest, France

Jamais elles n'avaient été aussi proches d'une finale du championnat de France.  A l'orée de ce match retour des demi-finales des play-offs, l'avantage était clairement du côté des handballeuses de l'ESBF. Une avance de 4 buts, un plan de jeu qui s'était déroulé sans accroc deux semaines plus tôt et une absence de pression totale, face au plus gros budget du championnat. 

Malheureusement, rien ne s'est passé comme prévu. La mauvaise entame des Bisontines y est certainement pour quelque chose, mais le problème était ailleurs, ce mercredi soir. Malgré les multiples changements de tactiques dégainés par Raphaëlle Tervel et Sandrine Delerce, on a assisté à un match à réaction des Doubistes. Et si elles ont pu limiter la casse à la mi-temps avec un retard de moins 6, tout est allé trop vite ensuite pour Alizée Frécon et ses coéquipières. 

"J'ai beaucoup de regrets"

A l'aller, Cathy Gabriel, qui vit ses derniers matches avec son club formateur, avait littéralement dégoûté les Brestoises. Ce mercredi soir, c'est Cléopâtre Darleux qui a sorti un match de classe mondiale. Auteure de 12 arrêts, dont cinq consécutivement en début de seconde période, la gardienne championne du monde 2017 a fait basculer le match. 

Raphaelle Tervel, l'entraineure de l'ESBF.

"Je regrette vraiment cette tournure de match, analyse Alice Lévêque, la capitaine bisontine. C'est très décevant de voir notre prestation quand on voit les matches qu'on a pu faire contre Issy-Paris et Brest à l'aller. Tout le monde dit qu'il n'y a pas de regrets, mais moi j'en ai. J'en ai même beaucoup." Au final, l'ESBF s'incline lourdement, 33 à 21. La fin du match a été complètement décousue ce qui explique aussi l'ampleur du score, le plus gros écart depuis le début de la saison. Mais les joueuses de l'ESBF peuvent tout de même avoir de vrais motifs de satisfaction. Elles se sont qualifiées pour la troisième fois consécutivement pour les play-offs, ont atteint pour la seconde fois en autant d'années les demi-finales et sont dores et déjà qualifiées pour la coupe EHF l'an prochain. 

Quand l'expression "boire le calice jusqu'à la lie prend tout son sens"

"Tu vois à quoi il sert le jet privé !" Interrogée la veille sur l'intérêt de voyager en avion, pour la première fois de son histoire avec l'ESBF, la pivot Laurence Brame revient sur le sujet, après l'élimination en demi-finale retour. Les handballeuses enchaînent. Elles joueront samedi soir au Palais des Sports de Besançon contre Nantes, sortis par Metz, pour atteindre la troisième place du championnat, ultime objectif cette saison. Et ce retour en jet privé aurait pu être des plus bénéfiques pour récupérer au plus vite. Malheureusement, rien ne s'est passé comme prévu. 

L'avion qui a décollé peu après 1 heure du matin de l'aéroport, devait atterrir à Dole Tavaux 1h15 plus tard, mais quand ça ne veut pas. Les joueuses et le staff ont appris en plein vol que l'avion était dérouté vers Lyon Saint-Exupéry, à cause du brouillard.  S'en est suivi une attente d'une heure, le temps qu'un car soit affrété. Le dernier bout du trajet s'est fait par la route en bus. Finalement, le trajet qui devait être un des plus courts de la saison en terme de temps, s'est transformé en véritable périple. Place maintenant à la récupération, et à la digestion de ce revers, avant la réception de Nantes, samedi soir, pour les dernières de Cathy Gabriel, Julie Dazet, Anna Mannaut et Laurence Brame dans leur antre de toujours. 

Les joueuses de l'ESBF sont finalement arrivées à l’aéroport de Dole-Tavaux ... en car et avec près de 5 heures de retard. - Radio France
Les joueuses de l'ESBF sont finalement arrivées à l’aéroport de Dole-Tavaux ... en car et avec près de 5 heures de retard. © Radio France - Florian Cazzola