Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Pas mal d'Américains croient que c'est des balivernes", témoigne Alexis Ajinça

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Confiné chez lui sur la côte est des États-Unis, le basketteur stéphanois décrit une situation confuse dans ce qui est désormais le pays le plus touché au monde par le virus.

Le Stéphanois n'a plus rejouer en club depuis son départ de l'Asvel il y a un an.
Le Stéphanois n'a plus rejouer en club depuis son départ de l'Asvel il y a un an. © Maxppp - Joël PHILIPPON

Touché après la France dans la chaîne de contamination, les Etats-Unis sont actuellement le pays le plus touché au monde par la pandémie de Covid-19 avec plus de 36.000 morts comptabilisés en fin de semaine dernière. Après un passage de trois mois dans le championnat français l'année dernière, à l'Asvel le club de Tony Parker, Alexis Ajinça est retourné vivre chez lui avec sa famille, sa femme et ses deux jeunes enfants, sur la côte est américaine. Le basketteur stéphanois est actuellement confiné chez lui, à Charlotte. Il décrit une situation confuse dans un pays ou la gestion du coronavirus peut être très différente d'un État à l'autre.

Comment les États-Unis vivent-ils la situation actuelle ?

"C'est complètement différent d'un État à l'autre. En Caroline du Sud, on a le sentiment que chacun fait à peu près ce qu'il veut alors qu'ici, en Caroline du Nord, on doit rester à la maison. On n'a pas le droit de sortir sauf pour ses courses ou aller à la pharmacie. Mais beaucoup de gens ne respectent pas ces consignes. C'est étonnant. Contrairement à la France, il n'y a pas d'amende ici par exemple alors que normalement c'est plus strict aux États-Unis."

"Beaucoup de gens ne prennent pas le virus au sérieux. Et puis, il y a le discours de Donald Trump. En janvier, il disait que le coronavirus, c'était du mytho, un coup du Parti démocrate."

"Beaucoup de gens ne prennent pas le virus au sérieux. Certains croient que c'est des balivernes. On est dans un schéma de réaction comme en France. Et puis, il y a le discours de Donald Trump, le président américain. En janvier, il disait que le coronavirus, c'était du mytho, un coup du Parti démocrate. En février, il a ensuite avoué qu'il y avait quelques cas mais que ça allait passer. Puis, il a promis la fin du virus pour Pâques. Et maintenant, il dit que s'il y a 100 à 200.000 morts c'est que la situation aura bien été gérée, qu'il aura fait du bon travail."

Comment votre famille se porte-t-elle à Saint-Étienne ?

"J'ai ma famille régulièrement au téléphone. Tout le monde va bien et respecte les consignes. Ils ne sortent pas beaucoup. Ils ont fait des courses pour tenir trois semaines. Ma famille a la chance d'avoir un jardin, comme nous ici. On a la chance d'avoir une grande maison. On ne va pas se plaindre. Mais il faut occuper les enfants. Ils sont jeunes et n'ont de cours, un vrai défi. Je suis juste inquiet pour ma grand-mère de 95 ans qui vit seule dans un appartement à Saint-Étienne. Mais ma mère est à coté à Montreynaud. Elle se parlent au téléphone tous les jours."

Quand la NBA pourrait-elle reprendre ?

"C'est difficile. Actuellement, les présidents de club, les organisateurs perdent de l'argent. Mais, d'un autre côté, il faut savoir ce qu'on veut : être sains et saufs ou s'en mettre plein les poches. Même pour les joueurs c'est dur. Une semaine ça va, au bout de deux à trois semaines, le sport te manque. Malheureusement, le premier joueur NBA à avoir eu le virus, c'est Rudy (l'intérieur français Rudy Gobert) puis son coéquipier Donovan Mitchell. Il y a eu ensuite des stars comme Kevin Durant. Aujourd'hui, on ne sait pas qui a le virus. C'est pour ça que c'est difficile aussi de se prononcer."

"Je comprends les organisateurs et patron de franchises qui perdent beaucoup d'argent. Après il faut savoir ce qu'on veut : être sains et saufs ou s'en mettre plein les poches."

"C'est toujours difficile de s’entraîner seul, de trouver la motivation. Pour ma part, ça ne me change pas trop. J'ai une salle de musculation chez moi. Physiquement, ça va très bien. J'ai failli signer avec trois clubs en France, avant le début de la crise du coronavirus, de bonnes équipes. Je ne suis pas contre un retour en France même si, avec la situation actuelle, ce sera compliqué. On verra. Pour moi, ce n'est pas une question de moyens mais d'être bien dans une équipe. Je n'ai jamais vraiment joué pour l'argent, je joue pour une équipe et un staff. C'est ça aussi le basket."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess