Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Crise ouverte entre le Limoges CSP et son plus ancien groupe de supporters

lundi 28 novembre 2016 à 18:06 Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin

Crise ouverte entre le Limoges CSP et les Phénix, son plus ancien groupe de supporter. Présent depuis plus de 30 ans derrière l'un des paniers du Palais des Sports, il sera obligé de déménager tout en haut des travées hautes la saison prochaine. Une décision qui a beaucoup de mal à passer.

Les membres du groupe de supporters des phénix en pleine action lors d'un match d'Euroleague à Beaublanc
Les membres du groupe de supporters des phénix en pleine action lors d'un match d'Euroleague à Beaublanc - ©lesphenix

Limoges, France

Les Phénix est le plus ancien groupe de supporters du Limoges CSP. Ses membres ont leurs habitudes. Comme celui d'aller voir les matchs sur la petite tribune mobile située derrière l'un des paniers. Mais la saison prochaine, après plus de trente ans à cet endroit, ils seront obligés de déménager. Dans les "cintres" du Palais des sports. Tout en haut des travées hautes. Une décision unilatérale de la direction du club qui a de grands projets pour optimiser la salle et améliorer ses services. Les Phénix, furieux d'être mis devant le fait accompli, ont décidé lors du dernier match, de s'habiller en noir et de faire la grève des encouragements pour exprimer leur désaccord.

On le vit très mal

Fabienne Thurmaux, ancienne présidente des Phénix, 20 ans de présence dans cette tribune, en a gros sur le cœur. Elle a peur que son groupe ne s'en relève pas. Il faut dire qu'un seul des quatre vingt dix membres accepte de se réabonner dans ces conditions. Une décision qu'elle n'accepte pas vu la fidélité des Phénix au CSP :"On a toujours été derrière le club dans les moments difficiles. En 2000. En 2004. En nationale 1. On est toujours restés présents et soudés au club. On a l’impression qu'aujourd'hui, il n'a plus besoin de nous et qu'il nous laisse tomber. On le vit très mal."

T-shirts noirs et grève des encouragements pour exprimer leur mécontentement lors du dernier match face à Hyères-Toulon - Aucun(e)
T-shirts noirs et grève des encouragements pour exprimer leur mécontentement lors du dernier match face à Hyères-Toulon - ©lesphenix

"Il", c'est bien sûr Frédéric Forte, le président du club. Alors que des tables rondes ont été organisées en octobre sur l'avenir du Limoges CSP, il ne s'est pas concerté avec les Phénix quand aux emplacements possibles pour eux- sic - C'est ce qui dérange le plus la nouvelle présidente du groupe Sandrine Gilles :"Qu'on change d’emplacement, pourquoi pas. Mais on a quand même notre mot à dire ! On aurait au moins pu discuter plutôt que nous imposer cette décision. Il y a énormément de gens qui se sentent blessés. C'est quand même un manque de respect assez impressionnant, de mettre les supporters les plus anciens tout en haut de Beaublanc."

Trouver des solutions pour nous développer

Frédéric Forte dit comprendre cette colère mais à l'entendre, il n'y a pas le choix :"Je comprend que le repositionnement n'est pas facile. Après, on est un peu victime du manque de place à Beaublanc. Avec 2 500 abonnés et 1 000 partenaires, il n'y a plus beaucoup de places disponibles. Nous, on essaye de trouver des solutions pour nous développer. Je tiens à dire que si l'on a un problème avec l'emplacement des Phénix, on a beaucoup de respect pour ce groupe historique. Mais il faut également prendre en compte les demandes des autres supporters."

Les deux parties vont se voir mercredi soir pour essayer de mettre les choses à plat, mais le mal semble fait. En tous cas, le slogan du club, "Notre force, c'est vous", comprenez par là, les supporters, doit avoir une saveur particulière, désormais, pour les membres des Phénix, qui depuis samedi dernier font tourner une pétition sur leur site internet. A noter que ce déménagement forcé est lié à des changements importants à venir dans Beaublanc, notamment au niveau de ce secteur du Palais des Sports. Frédéric Forte ne veut pas en dire plus pour l'instant. Ces changements seront officiellement présentés dans une quinzaine de jours.