Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Tokyo 2021 : jeux olympiques et paralympiques

Entre allaiter son enfant et participer aux JO de Tokyo, la basketteuse Kim Gaucher est priée de choisir

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu

A 37 ans, Kim Gaucher est sélectionnée pour participer à ses troisième JO avec l'équipe de basket féminin du Canada. Mère d'une petite Sophie, l'ancienne joueuse de Mondeville est victime des règles drastiques d'organisation des Jeux. Si elle veut y participer, elle devra le faire sans son bébé.

L'internationale canadienne Kim Gaucher forcée de faire le choix d'allaiter ou de jouer aux J.O. de Tokyo
L'internationale canadienne Kim Gaucher forcée de faire le choix d'allaiter ou de jouer aux J.O. de Tokyo © Radio France - Olivier Duc

Kim Gaucher, l'ex-joueuse de l'USO Mondeville, a accouché d'une petite Sophie en mars dernier en Normandie. Cette première naissance ne l'empêche pas d'être retenue à 37 ans pour participer à ses troisièmes Olympiades à Tokyo cet été après Londres (2012) et Rio (2016) sous les couleurs du Canada.

"Tokyo a dit pas d'amis, pas de familles, pas d'exceptions"

Seulement le comité d'organisation olympique ne lui permet pas de faire venir son mari et sa fille dans la ville où sera hébergée la délégation canadienne. 

"Aujourd'hui, je suis forcée de choisir entre être une maman qui allaite ou une athlète olympique. Je ne peux pas avoir les deux. Tokyo a dit pas d'amis, pas de familles, pas d'exceptions", a-t-elle expliqué dans une vidéo publiée sur son compte Instagram.

Si elle veut allaiter et rester auprès de son bébé, elle devra dire non au JO.

La Canadienne a travaillé et s'est donnée les moyens toute au long de la saison pour allier maternité et olympiade.

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Elle espère obtenir une dérogation

A quelques semaines du terme, vous pouviez toujours voir la future maman s'entraîner et ajuster ses shoots, le ventre bien arrondi, en marge des séances d'entraînement de son club Mondeville.

Elle ne comprend pas aujourd'hui ce choix qui lui est imposé. La basketteuse a pris les réseaux sociaux à témoin via Instagram, sa fille dans les bras.

A 37 ans, la basketteuse canadienne espère obtenir cette dérogation et ne pas être privée de cette dernière olympiade pour pouvoir allaiter sa fille.

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess