Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Basket – Handball – Volley

Euro de handball féminin 2018 : dans l'intimité du sélectionneur Olivier Krumbholz

mercredi 28 novembre 2018 à 20:34 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

L’Euro féminin de handball se dispute en France du 29 novembre au 16 décembre 2018. Les joueuses françaises font partie des favorites. France Bleu a pu rencontrer le sélectionneur Olivier Krumbholz, chez lui en Moselle, avant le début de la compétition.

Le sélectionneur tricolore Olivier Krumbholz à son bureau, dans sa maison de l'agglomération messine.
Le sélectionneur tricolore Olivier Krumbholz à son bureau, dans sa maison de l'agglomération messine. © Radio France - Cédric Lang-Roth

Metz, France

Le championnat d'Europe de handball féminin débute ce jeudi soir, à Nancy, avec l'affiche France-Russie. Cela fait de longs mois maintenant que les bleues se préparent à cette compétition à domicile. Les joueuses, mais aussi le sélectionneur. Le Messin Olivier Krumbholz, l'artisan du succès de l'équipe de France depuis deux ans et demie maintenant.

La vidéo, clé du succès

Et c'est dans sa maison sur les hauteurs de l'agglomération messine qu'il nous accueille. Accroché à la baie vitrée, un tableau transparent qui représente les lignes d'un terrain de handball, c'est peut-être là qu'il a élaboré sa dernière stratégie. Un couloir, direction le bureau du maître des lieux. Là où il passe le plus clair de son temps, hors compétitions et rassemblements des bleues.

C'est là, notamment, qu'il visionne des heures et des heures de match pour préparer au mieux ses joueuses. "La vidéo c'est infini. On peut travailler pendant des heures et des heures. Par exemple pour le championnat d'Europe on a investi énormément de temps sur la préparation vidéo du premier match contre les Russes. Ça fait de nombreux mois qu'on sait qu'on va jouer contre elles, donc on cherche des clés, des entrées pour trouver des failles sur lesquelles on va pouvoir défensivement les neutraliser."

Des médailles parfois égarées

Ce n'est évidemment pas la seule activité du sélectionneur tricolore. Toujours en contact avec ses internationales et les clubs qui les emploient, il gère également tout le processus de formation des jeunes joueuses, sachant bien que c'est là que se niche l'avenir de son équipe. Pour cela aussi, Olivier Krumbholz passe des journées entières dans ce bureau rempli de photos et de souvenirs des compétitions passées. Pas de trophée, en revanche, pour celui qui, depuis 20 ans, est à l'origine de toutes les réussites des bleues, les 9 médailles dont 2 en or.

"Les médailles, elles sont à droite et à gauche, elles ne sont pas rangées. Je suis plus attaché à quelques photos très symboliques mais je ne suis pas quelqu'un qui collectionne les médailles. Je les garde, mais des fois je ne sais même pas où elles sont et c'est bien comme ça !"

Une relation complice et bienveillante avec les joueuses

Sur les étagères, ce sont plutôt des gadgets, des cadeaux faits par les joueuses qu'on retrouve, à l'image de cette poupée chantante et dansante offerte l'an passé, lors du mondial en Allemagne. Car le sélectionneur l'affirme : il a une relation privilégiée avec ses joueuses.

"Il faut rester complice et surtout bienveillant. Ce qui est important, c'est que les joueuses aient la sensation que, pour l'entraîneur de l'équipe de France, leur santé est importante, leur problèmes, si on peut agir dessus, sont importants aussi. Et leur dire aussi qu'on les évalue sur les matchs qu'elles font dans leur club. Donc il faut garder une relation étroite. Même si on est pas à leur côté on continue à les suivre et être très attentionné par rapport à elles."

Bientôt le tourbillon de la compétition

Ce qui est sur, c'est que l'homme a mis de l'eau dans son vin. Fini le volcanique sélectionneur, comme au début des années 2000. L'expérience, les résultats, lui permettent d'aborder sa mission, ses compétitions, un tourbillon, pour reprendre ses mots, avec une plus grande sérénité affichée.