Basket – Handball – Volley

Basket : Frank Ntilikina, espoir de la SIG, veut briller avec les Bleus

Par Mathias Kern, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass mercredi 14 décembre 2016 à 8:46

Frank Ntilikina, espoir de la SIG.
Frank Ntilikina, espoir de la SIG. © Maxppp - -

Frank Ntilikina espère confirmer avec l’équipe de France les immenses espoirs placés en lui dans son club à Strasbourg. Il va participer à l’Euro des moins de 18 ans avec les Bleus en Turquie.

Talent précoce, Frank Ntilikina est considéré comme le plus grand espoir français de sa génération. Mais la SIG sera privée pendant quatre matches de sa pépite. Le meneur de jeu dispute le championnat d'Europe des moins de 18 ans à partir de ce vendredi avec l'équipe de France.

Cette saison, le meneur de jeu de 18 ans a encore grandi. Il a pris plusieurs centimètres, il mesure désormais 1m94, mais c'est surtout sur le parquet qu'il a pris une autre dimension. "J’ai eu la chance de faire de bonnes performances, mais c’est aussi à l’image de l’équipe", reconnait Frank Ntilikina. On l’a même vu smasher sur la tête d'un adversaire en coupe d'Europe. Vincent Collet, depuis son retour sur le banc de la SIG, a impulsé ce changement d'attitude.

"La bête sommeillait en lui, je dirais même qu’elle était presque endormie." - Vincent Collet

"Il fallait qu’il change de comportement. Il manquait d’agressivité. Mais depuis trois semaines, il montre les dents. Il va continuer à progresser", indique Vincent Collet, l’entraîneur strasbourgeois.

Monter peut-être jusqu'en NBA

Le talent de Frank Ntililkina a tapé dans l'œil des recruteurs américains. Il pourrait être drafté l'été prochain, c'est à dire sélectionné par une équipe de NBA.

Certains experts du basket US le voient même dans le top 10 de cette draft, mais Frank Ntilikina essaie de faire abstraction de l'engouement autour de sa personne. La SIG aussi fait tout pour protéger sa pépite. "Je suis très méfiant. Les avis des experts américains sont surtout très changeants. C’est très dépendant de ce qu’ils peuvent voir d’un match à un autre", prévient Vincent Collet.