Basket – Handball – Volley

Frédéric Forte :"On ne sera pas champion de France cette saison !"

Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin jeudi 22 septembre 2016 à 19:40

Selon le président du Limoges CSP Frédéric Forte, ce groupe n'a pas assez de talent pour viser le titre de champion de France
Selon le président du Limoges CSP Frédéric Forte, ce groupe n'a pas assez de talent pour viser le titre de champion de France © Radio France - Jérôme Ostermann

Le président du Limoges CSP annonce la couleur. Vu le recrutement, le Limoges CSP version 2016-2017 va avant tout viser le maintien. Selon Frédéric Forte, ce n'est pas lié à la baisse du budget mais aux départs tardifs de Nobel Boungou Colo et Ali Traoré. Interview

Le président du Limoges CSP Frédéric Forte annonce le maintien en Pro A comme objectif de la saison, même si il aimerait évidemment voir le club limougeaud accéder aux playoffs. Il revient aussi sur les blessures et le début de saison compliqué qui s'annonce avec le match de lundi à Beaublanc face à Dijon.

France Bleu Limousin : Le championnat débute lundi à Beaublanc pour le Limoges CSP avec la réception de Dijon. Vous l'abordez dans quel contexte ?

Frédéric Forte : Zamal Nixon ne jouera pas lundi. On lui fait passer des examens complémentaires mais il pourrait être absent au moins trois semaines, voir même beaucoup plus. Romain Duport aussi est forfait. Cela fait donc deux joueurs "importants" qui ne feront pas l'ouverture du championnat. Cela nous déstabilise encore un peu plus. On sait que cette équipe là a été construite avec moins de talent mais un meilleur état d'esprit. Mais il faut que l'on puisse compter sur un maximum de joueurs, mais ce ne sera pas le cas lundi. Dès le début de saison, on va être dans le dur.

Comment définir ce groupe ?

La défense, sur certains secteurs de jeu, semble balbutiante. Mais c'est presque normal à ce moment là de la saison. Après, on voit bien que l’entraîneur a construit un groupe avec une répartition très homogène du talent et des points. Il n'y a pas vraiment de joueur capable de faire la décision. Ce sera peut-être difficile sur des fins de match un peu tendues. Mais le reste du match, il faudra que le danger vienne d'un peu partout.  Que ce soit sur les postes 1 et 2 où nous sommes certainement le mieux armé avec Nixon, Wood et Prepelic. Mais il faudra aussi que Bufford, Fair et aussi Camara apportent leurs points. Sinon, ce sera plus difficile.

Il n'y a pas de coupe d'Europe cette année. Quelles conséquences sur le budget ?

Quand on ne joue pas de coupe d'Europe, le budget s'en ressent très fortement puisque nous sommes passés de plus de 8 millions d'euros à environ 5,5 millions. Mais on reste dans la moyenne des clubs de Pro A. Ce qui a été le plus difficile à gérer pour nous, c'est le départ de deux joueurs majeurs, statistiquement parlant, Nobel Boungou Colo et Ali Traoré, au delà de la période des transferts pour les joueurs formés en France. Quand les joueurs partent en juillet ou en août, il n'y a déjà plus de français pour les remplacer à ce moment là. Quand il n'activent pas leurs clauses en fin de saison, on a toujours l'espoir qu’ils restent avec nous. Et le départ de Nobel va être très dur à encaisser, mais c'était certainement pour lui, le bon moment d'aller voir ailleurs.

On sait que garder de l'argent pour recruter pendant la saison fait partie de votre stratégie. Cette année, la cagnotte doit être particulièrement importante ?

Ce n'est pas ça. On a déjà nos six étrangers. Ce qui veut dire que les nouveaux joueurs que l'on pourrait prendre sont forcément français. Mais le marché des joueurs français se fait plutôt vers le mois de mai. Un peu au mois de juin, puis c'est finit. Que ce soit en juillet, août ou septembre, il n'y a plus vraiment de joueurs français qui peuvent apporter une véritable plus-value.

Mais pour changer des joueurs étrangers ?

Sur les étrangers, oui, si certains ne donnent pas satisfaction, on regardera.

Tout le monde sait que Romain Duport a des problèmes chroniques au genou. Que va t-il se passer pour lui si cela persiste ?

Il a des problèmes chroniques au genou mais l'année dernière, cela ne l'a pas empêché de faire sa saison. Il faut juste trouver le bon équilibre entre les entraînements et les matchs. Avec un seul match par semaine, cela va simplifier un peu les choses. Mais vous savez, quand vous mesurez 2 mètres 17, il y a forcément des avantages et des inconvénients. Ceux là en font partie. C'est évident qu'il ne pourra pas s’entraîner cinq heures par jour. Mais il va falloir s'adapter. Que lui fasse un peu plus d'efforts. Et que le staff technique voit comment on peut le préserver par moments. On va voir comment on peut l'aider avec le staff médical pour soulager ses petits bobos pour qu'il puisse nous rendre service sur quelques minutes.

Ne manque t-il pas un peu de talent dans cette équipe ?

La saison dernière, on a finit 10e avec une équipe qui avait énormément de talent. Cette année, c'est évident qu’elle a beaucoup moins de talent que ses devancières. Après, et on le savait en signant Dule Vujosevic, c'est ce genre d'équipe qu'il aime. C'est ce genre d'équipe avec qui il aime travailler, vivre, pour les sublimer. Les faire préformer. C'est ce qu'il veut. C'est comme ça qu'il a vu et construit l'équipe. Après, c'est certain qu'il y a beaucoup moins de talent. Et notre ambition, ce sera de jouer le maintien le plus rapidement possible, pour que l'année prochaine, on retrouve un peu d'aisance.

Donc l'objectif officiel, c'est le maintien...

Oui, il va falloir que l'on s'adapte. Que ce soit au club ou au niveau des supporters. Cela va durer un an. On ne va pas leur vendre du rêve alors qu'il n'y en aura pas. On ne sera pas champion de France cette année. Quand on voit l'équipe et les difficultés que l'on a. Prepelic qui vient d'arriver. Romain Duport qui vient d'arriver et qui est blessé. Zamal Nixon qui est notre meilleur joueur de la préparation et qui ne sera pas là au moins trois semaines. Donc oui, l'objectif aujourd'hui, il est de se maintenir. Si à deux journées de la fin, l'équipe est capable d'aller chercher les playoffs, je signe des deux mains. Mais je pense aujourd'hui, que les playoffs, c'est un objectif maximum. On peut esperer avoir une bonne surprise. Moi je n'y crois pas particulièrement. Même si évidemment, le public va venir pour voir une équipe qui sera championne de France parce qu’on est le Limoges CSP, mais cette année, ce ne sera pas du tout dans nos cordes.

Partager sur :